Quand dimanche rime avec potinage

Publié par Julie le dimanche, janvier 30, 2011 2 bouteilles à la mer...
Avant de potiner, jasons à coeur ouvert...

C'est la St-Valentin dans deux semaines. Êtes-vous prête à vous laisser parler d'amour?

Je vous propose quelques réflexions personnelles sur la vie familiale, toutes inspirées d’expressions populaires contenant le mot coeur. Ça vous dit?

Tout le monde en parle!

Maman 3.0 a des étincelles dans les yeux
Coup de foudre

GrandeDame se fait prendre au mot
Quand votre destinée intellectuelle est liée à une couleur

Valérie se demande se qu'il y a de pire qu'un enfant balaaade
Soigner les petits malades

Tchoubi est dépaysée
Mon voyage au Maroc

Bizz sera-t-elle déclarée coupable?
Le procès parental (première partie)
Le procès parental (suite)

Wi écrit à mini-pou
2 mois

Evyzamora fait du chemin
Le passé

Je vous ai trouvé quelques recettes pour celles qui, comme moi, manque un-peu-beaucoup d'inspiration pour la boîte à lunch

Geneviève, notre juge invitée, récidive avec une valeur sûre
Des muffins à l'avoine "trop bons"

Nancy propose des biscuits-cochons-une-fois-n'est-pas-coutume ou encore une petite mousse-au-saumon-dont-la-photo-a-fait-saliver-GrandeSoeur
Mystère
Deuxième recette...

Isabelle y va avec une valeur sûre qui plaira aux petits palais
Mousse de petits fruits

Crédits photo: Licence CC qthomasbower
Lire la suite...

Occupée...

Publié par Julie le samedi, janvier 29, 2011 5 bouteilles à la mer...
C'est le retour à la maison. PetiteSoeur discute de sa journée.

PapaZen, derrière le volant, curieux - Et puis, PetiteSoeur, comment ça s'est passé à la garderie aujourd'hui?

PetiteSoeur, dans son siège, enthousiaste - C'était chouette!

PapaZen - Et qu'est-ce que vous avez fait?

PetiteSoeur, souriante - On a fait des bricolages!

GrandeSoeur, élevant la voix du fond de la fourgonnette, sans doute pour s'inspirer pour ses futures créations - Quel genre de bricolage?

PetiteSoeur, heureuse de donner des détails - J'ai fait une belle chenille!

PapaZen, voulant intégrer le plus jeune - Et toi, Frérot?

Frérot - Z'amis?

PapaZen - Ah bon.

S'ensuit un silence.

PetiteSoeur, réflexive - Papaaaa?

PapaZen, sur le même ton - Ouuiiii?

PetiteSoeur, soucieuse - Je ne comprends pas ça...

PapaZen - Quoi donc?

PetiteSoeur, décrivant le topo - Avec N, on fait toujours des bricolages. C'est l'fun! Mais jamais avec C...

PapaZen, perplexe - Ah bon...

PetiteSoeur, poursuivant son raisonnement - Mais je sais pourquoi. C'est parce qu'elle est trop occupée...

PapaZen, de plus en plus perplexe et presque inquiet - Ah oui?

PetiteSoeur, éclatant de rire - Oui!!! Elle est trop occupée à nous chatouiller!

Chapeau à nos éducatrices!

Crédits photo: Licence J+B=US
Lire la suite...

Vendredi nostalgique

Publié par Anik le vendredi, janvier 28, 2011 3 bouteilles à la mer...
Je m’ennuie des vendredi merci. J’avais l’habitude d’en faire un chaque semaine, sur imparfaite-et-alors.com… Puis, question de continuer d’évoluer, j’ai un jour décidé de les mettre de côté et de les faire dans un petit cahier. Je ne sais trop pourquoi, mais ça me manque de le faire sur le blogue. La semaine dernière, en voyant le vendredi merci de Mamanbooh, qui se résumait en trois mots tout à fait éloquents, le manque s’est fait ressentir en moi…

La gratitude est une valeur que je prône, que j’intègre quotidiennement dans ma vie, de plus en plus… Je ne sais pas si c’est pour cela, mais ma plus petite me surprend depuis quelque temps en me faisant des remarques sur la beauté de ce qui l’entoure… Et ça peut être aussi varié que de complimenter mes cheveux, mon lit, son assiette bien présentée, un vêtement, un accessoire, un jouet… Qu’importe, elle remarque la beauté du monde, et cela fait partie de la gratitude selon moi. Voir le beau et le dire à haute voix, ça fait du bien… Mais voir le beau, c’est au sens large. La beauté des événements, la beauté des petits moments de bonheur… C’est ça pour moi, la gratitude… Apprécier. Savourer.

Alors, ce vendredi, je me permets de faire un vendredi merci… Juste pour me faire plaisir. Pour me faire du bien. Juste parce que j’ai la chance d’être en vie, pleine de défis, pétante de santé et que j’ai la conviction que la vie m’apportera encore tellement de bonnes choses…

Cette semaine, je dis merci pour :

- une belle journée de ski alpin
- une belle fin de semaine avec mes filles, entourées de copines et de leurs enfants
- mes cheveux à nouveau teint (bye bye repousse!) et au bouclé obéissant... ;-)
- la climat plus tempéré des derniers jours...
- avoir réussi à améliorer moi-même le rendement de mon système de chauffage...
- manger et boire en agréable compagnie...
- les « je t'aime » de mes filles...
- une réunion d'école qui a été reportée (yes!)
- le petit work-out effectué en classe sur ma chanson préférée...
- la santé !

Sur ce, bonne journée! Un petit merci à partager ?
Lire la suite...

Frérot grano

Publié par Evely le jeudi, janvier 27, 2011 4 bouteilles à la mer...
Mon Frérot grano est une personne géniale qui aime les autres et qui a une oreille attentive pour quiconque en a besoin. Il s’implique dans ce qu’il fait et sait qu’il en a encore beaucoup à apprendre de la vie. Il est opiniâtre et têtu, mais en même temps il accepte la critique et admet ses torts. Il est perfectionniste, artiste, mais il est avant tout un père incroyable.

Bien sûr, quand j’étais petite, je lui aurais arraché la tête. Ce n’est pas qu’il me faisait sentir qu’il était plus grand et plus fort que moi, c’est qu’il a développé son humour pince-sans-rire à mes dépens. Ma maman me disait de l’ignorer, mais ce n’est pas évident à faire quand on est une fillette qui prend tout à cœur. Oh, les mesquineries, les taquineries, les petitesses et les provocations que j’ai subies! Le nombre de fois que j’ai crié à l’injustice, que je l’ai dénoncé, que je l’ai frappé, que je l'ai étrillé pour que ma torture s’arrête. Je vous le dis, quand mes cornes rouges et ma queue fléchée sortaient, il payait double ration pour ce qu’il me faisait endurer.

Sauf, qu’en vérité, même petite, j'ai toujours voulu qu’il soit pas là. Ma plus grande crainte était que l’on nous sépare. Il est mon frère et j’ai besoin de lui.

Avant que je naisse, mon Frérot grano avait demandé à ma maman d’avoir un petit frère ou une petite sœur. Alors quand je suis née, j’étais son jouet. Il me caressait, il courait chercher ma maman quand je pleurais et il me protégeait. Ma maman peut vous le dire, si j’ai été gâtée (et je l’ai été!)! C’est à cause de mon Frérot grano qui faisait tout pour me rendre heureuse.

Quand Frérot grano a commencé l’école, je m’ennuyais terriblement de lui. Un jour, il a avoué à ma mère que les grands de sixième année lui faisaient du mal. Du haut de mes quatre ans, je voulais aller les voir ces grands et me battre contre eux pour protéger mon Frérot grano. J’attendais à la fenêtre du salon, le soir. Quand l’autobus jaune passait, j’étais prête à sauter dessus ces garçons. Ma maman devait me calmer tellement j’étais enragée qu’on fasse du mal à mon Frérot grano.

Nous nous chamaillions, comme tout frère et sœur. Étant donné qu’il était plus grand, je perdais toujours et je finissais toujours en pleurs. De plus, j’étais une petite puce qui portait ses émotions à fleur de peau et il savait en profiter. Sauf, qu’on s’adorait. Je l’appelais mon petit frérot et lui me disait que j’étais sa grande sœurette. Il venait jouer aux poupées avec moi et il me permettait de jouer aux autos avec lui. Il y avait juste les LEGO qui était hors de portée. C’était son jeu à lui et je respectais ça.

Adolescents, nous avons fait les quatre cents coups, mais chacun de notre côté. Tard le soir, quand il rentrait un peu saoul, il venait me raconter sa soirée. Plus tard, c’était moi qui l’appelais pour qu’il vienne me chercher quand l’alcool m’enivrait trop. Quand maman se doutait qu’on faisait des mauvais coups, on se protégeait l’un l’autre. Et un jour, il est parti en appartement. Je m’ennuyais de lui, mais l’avantage était qu’il avait un appartement en plein centre-ville. Assez génial quand les copines et moi voulions une place pour dormir après des nuits à danser.

C’est finalement moi qui suis partie pour Québec et Frérot grano est parti en Afrique. Bien que nous communiquons rarement, il reste une des personnes les plus influentes dans ma vie. J’étais tellement heureuse à son mariage sous le soleil du Cameroun. J’étais si fière de lui quand nous l’avons visité en Suisse dans son chez-lui avec sa femme et ses enfants. Il me tape toujours sur les nerfs parce qu’il en sait plus que moi, parce qu’il a son humour douteux, mais il est une des raisons pour lesquelles que je suis forte aujourd’hui. Il m’a aidée à me forger.

Quand mes parents se sont séparés, c’est Frérot grano qui a pris soin de moi. Il m’a protégée et s’est assuré que tout aille bien pour moi. J’ai souvent dit et je le pense encore : mon papa, c’était mon grand frère et j’ai eu un excellent papa. L’été passé, Frérot grano est venu nous visiter avec sa femme et ses enfants. J’étais comblée de pouvoir les accueillir chez moi. Je l’ai remercié pour tout ce qu’il a fait pour moi au fil des ans en lui demandant d’être le parrain de P’tit Clown, chose qu’il a accepté sans hésiter.

Mon Frérot grano est une personne géniale, bien qu'il est terriblement tape nerfs si vous me demandez.

Crédits photo: Licence CC sugar pond
Lire la suite...

75 raisons... d'aimer l'hiver...

Publié par Anik le mercredi, janvier 26, 2011 7 bouteilles à la mer...
Il fait froid (euh... frette) depuis un moment... Lundi matin, mon chauffage défectueux arrivait à peine à maintenir 14 degrés celcius dans la maison, alors qu'à l'extérieur, il faisait -30 ou même plus froid... Bon, j'ai fait un « homme » de moi-même et j'ai réglé le problème en partie. J'ai plus chaud, maintenant, sans avoir besoin de trois paires de bas, d'une veste ou des bras enveloppants d'un homme (denrée encore non disponible... je dois consulter le catalogue 2011 et passer ma commande en ligne!)

Enfin bref, tout cela pour dire que mon billet de lundi sur les 75 raisons d'aimer ma vie et le froid intense m'ont donné l'idée de trouver des raisons d'aimer l'hiver... 75, j'en doute... Mais je devrais pouvoir en trouver quelques-unes... Après tout, j'ai décidé à l'hiver 2010 de faire la paix avec l'hiver, alors raison de plus de le prouver...

Je me lance...

1- Parce que ça dure JUSTE 6 mois (blague ironique, je ne pouvais pas m'en empêcher).
2- Parce que ça m'a permis de réessayer le ski alpin.
3- Pour les feux de foyer
4- Pour les spas hivernaux, surtout quand une petite neige tombe doucement.
5- Parce que je n'ai pas besoin de mettre de crème solaire.
6- Parce qu'il n'y a pas de « bébittes »...
7- Parce que les tempêtes de neige créent parfois un congé scolaire imprévu et apprécié.
8- Parce que je peux jouer au badminton
9- Parce que c'est Noël et les congés qui vont avec
10- À cause de mes résolutions de nouvelle année.
11- Parce que c'est la saison de la roue créatrice.
12- Parce que c'est la saison des bains chauds...
13- À cause des souper aux chandelles ou avec une petite lumière tamisée.
14- À cause de la première neige, toujours magique
15- Parce que c'est la saison des téléromans
16- Parce que c'est la saison des boissons chaudes.
17- Parce qu'il n'y a pas de sable ou de terre qui entre dans la maison.
18- Parce que j'aime mon manteau d'hiver et mes bottes.
19- Parce qu'il y a la semaine de relâche.
20- Parce que ça me permet de mieux apprécier l'été...

Euh... sincèrement, je ne suis plus capable. À court d'idées...
Enfin, c'est tout de même pas si mal, non ?
Lire la suite...

Les trois minutes du peuple!

Publié par Julie le mardi, janvier 25, 2011 19 bouteilles à la mer...
Ça s'est décidé en deux temps, trois mouvements. Je partageais une pensée à voix haute à PapaZen. Un souhait. Un désir. Une banalité. Je ne sais pas trop comment j'ai formulé mon idée-potentielle-pouvant-dériver-vers-un-possible-projet, mais le concept a été adopté à l'unanimité par les deux adultes de la maisonnée. La séance a été levée dans la minute suivante. Et ce fut le temps du décret. ---

À partir de ce soir, selon le premier article de la convention familiale, il est impératif de faire trois minutes de ménage, en simultané et collectivement. Le ménage est une corvée quotidienne qui comprend les deux éléments suivants: le ramassage express de vos effets personnels ET le ramassage éclair des effets personnels des autres. Trois conditions sont essentielles à la réussite de cette collaboration: il est interdit de chialer, il est interdit de dire qu'on ne sait pas quoi ramasser et il est impératif de se rappeler de ces deux premières conditions. Avez-vous des questions?


Pourquoi?

Parce que nous sommes une équipe et qu'il est nécessaire de s'entraider.


Est-ce qu'il y aura une récompense?

Oui, une bonne bine. Mais du temps passé ensemble, dans la bonne humeur, chaque soir.


Est-ce que ce sera tous les jours?

Jusqu'à votre majorité. Nous en avons bien peur.


Est-ce qu'il faut ramasser les cochonneries des autres?

Oui. Et sans chialer. Sous peine d'aller au cachot.


Et qu'est-ce qu'on ramasse au juste?

Mes pauvres, vous avez l'embarras du choix. On pourrait songer à un prix d'originalité. Laissez-nous y penser.


Et Frérot, lui?

Il en est dispensé. Pour le moment.


Pourquoi pas deux minutes?

Parce que.


Quand saurons-nous que les trois minutes sont finies?

Parce que la minuterie sonnera. Et on vous dira, comme dans l'émission Les chefs, "C'est fini. ON DÉPOSE TOUT".


Et comment ça s'appelle, ce défi?

Euh... Nous hésitons entre "Madame Nette" ou "les trois minutes du peuple", ça vous va?

Je vous jure: 3 minutes X 4 personnes = beaucoup moins de traîneries + beaucoup de bonheur dans nos coeurs

Même que la minuterie "arrondit" souvent le compte vers 4 ou 5 minutes.

Le subterfuge, à ce jour, n'a pas été encore découvert.

Crédits photo: Licence CC sermoa
Lire la suite...

75 raisons d'aimer ma vie...

Publié par Anik le lundi, janvier 24, 2011 11 bouteilles à la mer...
Il y a un moment, je faisais les vendredis merci... Le fait de le faire dans le blogue m'obligeait, en quelque sorte, à intégrer la gratitude à ma vie, et j'adorais ça. Je continue de le faire quelquefois par semaine, dans un petit cahier, mais je manque un peu de régularité... Or, lorsque je le fais, je trouve aisément une quinzaine de belles choses à mentionner dans chaque journée, pour lesquelles j'éprouve de la gratitude.

Aujourd'hui, j'ai envie de faire un « Vie merci » et d'étendre le concept de gratitude à ma vie entière. Sans me sentir censurée ou limitée à quoi que ce soit. Juste dire merci pour un tas de choses, comme ça vient... Alors, je me lance... Évidemment, 75 choses, c'est assez long... (je voulais en faire 101, mais j'ai manqué de temps). Vous pouvez vous épargner la lecture de cette liste. Toutefois, je vous mets au défi de réaliser la vôtre...

1- Ma santé. Je ne suis à peu près jamais malade.
2- Mon ordinateur... Que ferais-je sans toi ?
3- Mes filles et leur foutu caractère qui les mènera loin dans la vie.
4- Mes amis qui sont là pour moi.
5- Mon badminton et mes partenaires de jeux qui comptent beaucoup pour moi.
6- Enseigner au collégial.
7- La lecture en général
8- Le livre d'Anthony Robbins « Pouvoir illimité » et « L'éveil de votre puissance intérieure »
9- Mes chips Ruffle régulière et la trempette Jalapeno du Club Price
10- Ma minceur sans véritables efforts
11- Mes cheveux qui ondulent maintenant à mon goût.
12- Mon travail varié.
13- Pouvoir écrire quotidiennement.
14- Mon autonomie financière
15- Mon tapis de danse sur la PlayStation
16- Ma maison, que je trouve magnifique, et sa superbe cours.
17- Ma piscine et mon spa
18- Vivre dans un pays et une ville tranquille.
19- La musique en général... Le poste de radio 94,7 Hits FM en particulier et les vieilles chansons françaises.
20- Mon logiciel ITunes et mon lecteur MP3.
21- Ma sacoche de jeans.
22- Mes vieux espadrilles de badminton qui datent de 1993 et qui me permettent de faire des splits au badminton tellement la semelle glisse.
23- Les vieilles paires de jeans confortables.
24- Prendre un bain et lire.
25- Le vin
26- Avoir un ex qui est vraiment le meilleur ex sur lequel je pouvais tomber pour partager la garde des filles.
27- Ma créativité.
28- Mon intelligence.
29- Mon sens de la débrouillardise.
30- Ma chambre rouge dans laquelle je me sens dans MA chambre.
31- Mon téléphone qui me permet de jaser en masse.
32- Mon enregistreur DVD qui me permet de ne jamais écouter la télévision en direct.
33- Internet et les courriels.
34- Ma sécurité d'emploi
35- Ma mère
36- Ma grand-mère à qui je parle, dans l'au-delà, tous les jours...
37- Être chaleureuse (j'ai rarement froid)
38- Être capable de m'exprimer aisément par écrit et à l'oral
39- Avoir publié un livre.
40- Les moments passés dans les transport en commun pour me rendre au collège, à lire ou à jaser avec des étrangers.
41- L'été (et le fait d'avoir le temps d'en profiter)
42- Les voyages que j'ai faits et que je vais faire.
43- Avoir une semaine sur deux de tranquillité.
44- Avoir réappris à faire des grasses matinées.
45- Cuisiner avec mes filles.
46- La bibliothèque près de chez moi.
47- Avoir épuré la maison.
48- Avoir été aimée.
49- Les « je t'aime » de mes filles.
50- Les massages.
51- Faire mon ménage une semaine sur deux seulement.
52- Dirty Dancing
53- Le livre « Demandez et vous recevrez » de Pierre Morency
54- Avoir la chance d'écrire des articles dans des revues (Montréal pour enfants et Destination famille)
55- Ne pas faire mon âge.
56- Les téléromans québécois.
57- Mon jardinier et mon déneigeur
58- Travailler près de chez moi et même à la maison.
59- Gagner.
60- La fondue au fromage
61- Manger au McDo
62- Prendre un cappucino glacé avec de la crème fouettée.
63- Magasiner en ligne.
64- La piste cyclable derrière chez moi.
65- Être sportive et en forme.
66- Partager sur ce blogue.
67- Apprécier mon corps et être bien dans ma peau.
68- Faire des activités bizarres avec mes amies (comme la roue de vie)
69- La sexualité (j'ai choisi ce nombre volontairement dans la liste... ;-)
70- Relever de nouveaux défis.
71- La fierté de sortir de ma zone de confort.
72- Pouvoir dormir relativement peu et demeurer en forme.
73- Faire une différence dans la vie des gens.
74- Les leçons de la vie.
75- Avoir la conviction que je chemine vers le bonheur, un peu plus, chaque jour.

Voilà pour aujourd'hui !
Allez-vous faire votre liste ?
Lire la suite...

Quand dimanche rime avec potinage

Publié par Julie le dimanche, janvier 23, 2011 9 bouteilles à la mer...
Cette semaine, nous passons tout de suite aux potins!

C'est Mamanbooh qui m'a inspirée à faire court...

===

Tout le monde en parle...

Marielle fait un clin d'oeil sur cette excellente ressource qui aidera les parents au moment des devoirs et leçons
Allô prof... un bijou! (nouveau site, tout nouveau, tout beau!)

C'est le temps des listes pour Frisson bébé et Tounette
Du choix du prénom...

Prune prend un coup de vieux
Cent trois ans...

Je vous dis que ça parle mal chez Grande Dame!
La dictature scénique

Anne-Marie prend les grands moyens pour se soigner (et ce ne sont pas les plus désagréables!)
Ma culpabilité.

Bizz se sent mieux depuis!
Volonté, où te caches-tu?

Demijour peut tout concilier sans problèmes, mais...
Le stress me ronge

Oh la la! Hélène se lance!
Défi tête rasée édition 2011

Les deux filles demandent aux âmes sensibles de s'abstenir
Martine défait son arbre de Noël un mois + tard et Diane en fait les frais

Bon dimanche!
Lire la suite...

Comment obtenir du réconfort ?

Publié par Anik le vendredi, janvier 21, 2011 5 bouteilles à la mer...
Ca y est ! Je pense que je viens de battre mon record... J'ai passé 42 minutes à peser sur « snooze » ce matin... Je me suis couchée tard hier, après une séance de badminton vraiment incroyable. Se coucher à minuit, à la mi-trentaine, et se réveiller fraîche et dispo à 5h55 du matin, ce n'est plus trop possible... Alors, j'ai « snoozé »... Mes couvertures chaudes et accueillantes, mon esprit au ralenti (pour ne pas dire arrêté), la noirceur... J'étais trop bien. C'était trop confortable...

On dirait que ces temps-ci, j'ai besoin de réconfort. Est-ce parce que c'est l'hiver et qu'on gèle ? Enfin, on trouve le réconfort où on peut...

Moi, j'avoue que le badminton, bizarrement, est réconfortant pour moi... Se retrouver entourée de gens sympathiques, se défouler physiquement, rire... Ça fait un grand bien. Les chips que je mange en revenant aussi me font beaucoup de bien...

Mes conversations avec mes amies, en particulier Edith et Martine, ont un pouvoir réconfortant assez intense...

Les calins aussi... Je retrouve les filles tantôt, je pense que je vais me faire une petite soirée calins avec elles...

Enfin, bon vendredi ! J'espère que la journée sera réconfortante pour vous! Quel est votre astuce réconfort ?
Lire la suite...

11 choses que je ne changerais pas pour 2011

Publié par Evely le jeudi, janvier 20, 2011 7 bouteilles à la mer...
Le chocolat. Son goût enrobant et chaleureux, sa texture qui fond lentement sans la main tout comme dans la bouche alors qu’on le croque avec douceur, ses différentes formes : la barre traditionnelle, les fourrés, les noisettes et le nougat, les fondus, les chocolats noirs, et ceux au lait, les blancs qui sont trop sucrés et ceux de nationalité Suisse, car ce sont les meilleurs chocolats ;o) J’aime son parfum qui reste sur nos doigts même longtemps après que notre palais se soit délecté.

Le rire de P’tit Clown. La pire des tempêtes peut s’abattre sur notre maison, quand son petit rire aigu et moqueur résonne, le soleil n’a pas le choix que de se pointer le nez pour en profiter lui aussi. Tout s’arrête pour que les rires puissent vivre plus longtemps dans l’air. Du bout de mon oreille jusqu’à ma bouche, je deviens tout sourire quand je l’entends. Cette joie enfantine qui efface les maux du monde.

Superpapa. Tel qu’il est, avec tous les reproches et avec toutes les éloges que je lui fais. Il n’est pas parfait, mais il est parfait pour moi. Sa barbe rouquine qui cache son sérieux, ses yeux bleus encore enfants, sa carrure qui me protège et son cœur qui me donne le rythme dans notre danse à deux. Il me fascine et m’exaspère, il me rend folle autant de lui qu’à cause de lui. J’adore notre relation qui est complice et qui devient de plus en plus forte avec les années.

Le printemps « pré-été. » Il n’y a rien qui fait autant de bien au moral que de voir la neige grise brune de fin d’hiver fondre et laisser place aux couleurs. Les oiseaux qui reviennent nous faire la cour avec leurs chants, les journées qui s’embellissent à vue d’œil. La sensation fraîche de l’air qui nous revitalise jusqu’au bout des orteils.

Mon entêtement. Je ne suis pas des plus « têtes de cochon » au monde, mais quand je m’y mets, je peux être assez étonnante. En fait, ces dernières années, je me suis surprise moi-même à ne pas lâcher prise, même quand je pense ne pas être capable d’aller plus loin. Je me surprends et j’aime voir en moi cette capacité à vouloir toujours aller plus loin, même si parfois j’utilise un rythme un peu plus lent pour ne pas me cogner le nez sur le plancher.

Une idée qui se forme. C’est fou, mais c’est un plaisir pour moi de voir qu’une idée commence toute menue et de l’imaginer, l’enrichir et la voir devenir projet. Voir comment elle influence nos choix, nos objectifs et nos aspirations. Comment elle contribue à notre vie et comment on la fait vivre. Une idée qui nous permet de rêver et un rêve qui devient réalité.

La découverte des gens. J’ai toujours été fascinée par les différentes mentalités, les différentes cultures, les différentes visions des choses. J’aime quand les gens me font voyager par leurs expériences et connaissances et leur regard sur le monde que ce soit dans la vie de tous les jours ou virtuellement. J’adore écouter les gens se raconter. J’aime lorsqu’on devient tranquillement des amis auxquels on pense avec sincérité et empathie.

Le soleil. Ce moment où la peau à presque la chair de poule quand le soleil s’installe dans ses pores. Comme si elle se faisait pénétrer par le pur bonheur qu’est la vie. Le soleil c’est l’espoir et la chaleur. C’est l’été et la vie, c’est la fête et la liberté. Quoi de plus joyeux qu’une journée ensoleillée après la pluie!

La chaleur du café. Si j’en ai fait son éloge, c’est bien parce qu’il me réconforte, me séduit et m’enivre presque autant qu’un bon vin qui a maturé. L’un comme l’autre me font apprécier les subtilités d’un palais qui se développe. Le plaisir de la découverte des saveurs et des parfums. Le goût qui se garnit avec les différentes expériences.

L’imprévu. J’adore me faire surprendre pas l’imprévisible. Il y a quelque chose qui fait du bien quand on casse la routine et qu’on sent que rien n’est défini. Une surprise bonne ou mauvaise permet de se repositionner pour mieux repartir. L’inattendu nous capture et nous attire par son côté souvent burlesque et quelques fois édifiant.

Le silence du matin. Quand la lumière nait, quand tous dorment encore, quand le froid est maître de la maison stérile, quand la chaleur se cache sous les couvertures avec notre corps passif. Mes oreilles se délectent de ce moment, juste avant que le réveille-matin ne nous rappelle qu’il est l’heure d’aller changer le monde. Cet instant qui en fait est en apesanteur entre le rêve et la réalité.
Crédits photo: Licence CC eszter
Lire la suite...

To Do

Publié par Julie le mardi, janvier 18, 2011 10 bouteilles à la mer...
Acheter des Gravol (fait!) ---

Repasser mes vêtements (et espérer qu'ils ne se froisseront pas dans la valise) (fait!) ---

Passer chez Tante V pour prendre nos bracelets-communs-anti-nausées-pour-ajouter-une-ville-à-leur-passeport (fait!) ---

Demander plein de trucs à des amis qui se sont lancés avant moi (fait!) ---

Imprimer mon billet d'avion (fait!) ---

Avoir des 25 sous pour téléphoner (bah quoi, je n'ai pas de cellulaire!) (fait!)

Lire plein de trucs sur l'éducation 2.0 que je ne prends jamais le temps de lire (en voie d'être fait...)

Faire une liste de trucs à ne pas oublier (fait!)

Monter un premier cours (au secours!!!)

Je suis certaine que j'oublie quelque chose...

Crédits photo: Licence CC ebby
Lire la suite...

OUF!!!!

Publié par Anik le lundi, janvier 17, 2011 0 bouteilles à la mer...
Ouf! Voilà le mot qui me vient en tête en ce moment. Après une période des fêtes mouvementée, deux semaines ininterrompues avec les filles déchaînées et déréglées de la routine habituelle, après avoir été moi-même déréglée pendant deux semaines (foutues règles qui n'en finissaient plus), je reprends la vie normale... Les filles sont parties vendredi, j'ai fait mon « ti-ménage » du vendredi (ça fait du bien de nettoyer et ça reste propre pendant une semaine, parce que toute seule, je ne salis pas trop, disons!), je respire...

Je respire... Je ralentis... Ça fait du bien. Un bien fou... Pourtant, ma semaine s'annonce bien remplie... Le badminton recommence, 2 jours par semaine. Je recommence à enseigner au Collège... Me reste mon mardi soir de tranquille à la maison, ce qui fait du bien. Mes petits repas sont planifiés... J'ai des lunchs congelés en quantité industrielle... Personne à habiller le matin... Bref, j'ai l'impression de reprendre le contrôle de ma vie, de mon horaire... Je parlais la semaine dernière du fleuve tranquille, de la rivière aux remous... Mettons que les petits remous de mes activités hebdomadaires me conviennent pour le moment. Je n'en veux pas plus... Le tsunami 2010 m'a suffi, j'aspire à un peu de tranquillité, là, subitement... Je viens de décider ça !

Comme le disait ma charmante amie Edith, j'suis forte en décisions subites... Mais comme le disait Anthony Robbins dans « L'éveil de votre puissance intérieure », l'important avec les décisions, c'est d'en prendre... C'est un peu comme un muscle, plus on en prend, plus fort on devient (mais le fait d'y tenir, bien c'est une autre histoire, hihi!). Oui, j'avoue, je prends parfois des décisions auxquelles je ne tiens pas, mais personne n'est parfait ! ;-) De toute façon, il y a juste les fous qui ne changent pas d'idées, dit-on... Alors, pour le moment, je mets le cap sur la tranquillité (selon ma définition de la tranquillité, tout de même, qui peut différer de celle de quelqu'un d'autre)... Puis au gré du temps, bien si l'envie me prend d'un peu plus de remous, bien je m'ajusterai...
Disons seulement que cette décision m'apporte un calme intérieur bénéfique dans le présent. Alors, j'en profite ! Sur ce, passez une belle semaine !
Lire la suite...

Quand dimanche rime avec potinage - Comment gagner le gros lot?

Publié par Julie le dimanche, janvier 16, 2011 4 bouteilles à la mer...
Avant de potiner, voici une tranche de vie.

GrandeSoeur, exaspérée - Maman, quand est-ce que tu penses qu'on pourra aller acheter une deuxième manette de Wii? J'aimerais jouer en même temps que PetiteSoeur...

Julie, pédagogue - Ça prend des sous, ma puce...

GrandeSoeur, incrédule - Mais on en a des sous, maman!

Julie, patiente - Je sais. Mais il y a eu le micro-ondes qui a explosé avant Noël. Le chauffe-eau qui a décidé de mourir entre Noël et le Jour de l'An. Paix à son âme. Et le lecteur DVD a jugé pertinent de rendre son dernier souffle juste après... Ça prend beaucoup d'argent pour remplacer tout ça...

GrandeSoeur, suppliante - Mais on a juste à aller à la banque. Ils en ont des sous eux!

Julie, conciliante - Je sais, mais ce n'est pas notre argent. Pour avoir des sous à la banque, il faut travailler pour les gagner.

GrandeSoeur - Alors comment ils font ceux qui ne travaillent pas pour avoir des sous et aller les chercher à la banque ?

Julie, voyant là l'occasion d'une leçon importante - Que crois-tu qu'ils font?

GrandeSoeur, réfléchissant puis lançant son hypothèse - Je pense qu'ils vont aux fontaines... en tous cas, moi c'est ce que je ferais!

===

Tout le monde en parle...

X-Mom appelle un chat, un chat
Sortir de ses principes...

Daisy a une belle petite idée pour la boîte à souvenirs (dire que moi je leur rédige un beau texte à chacun!)
Questionnaire pour finir l'année

Un an dans la vie de Florence-Élyse
Florence-Élyse en douze temps

Dur retour à la réalité pour La Belle qui retourne au travail (pourtant, elle ne manque pas de
trucs!)
Le temps file lorsque...

Une nouvelle recette de brochettes chez Nancy (avouez que ça en prend toujours une de plus!)
Vous aimez les brochettes??

Chez Bizz, c'est chacun à sa manière
La routine du dodo

La mère blogue aborde un sujet chaud
Allaitement exclusif pendant 6 mois remis en question

Demijour aussi
L'école à la maison - la déscolarisation

J'envoie mes bonnes ondes à bellemaman
Quand la vie nous rattrape

===

Partagez ici votre billet de blogue préféré de la semaine, un de ceux que vous avez écrit ou celui d'une autre!


Bon dimanche!

Crédits photo: Licence CC Katie Killary
Lire la suite...

Julie retourne en classe

Publié par Julie le samedi, janvier 15, 2011 15 bouteilles à la mer...
Deux jours avant le congé de Noël, Julie rêve des vacances. Elle parcourt ses courriels, la tête ailleurs. Elle s'arrête sur celui de A. Son coeur fait trois cabrioles et son cerveau s'emballe.

Julie, dont la bouche ressemble à la binette :-S - PapaZeeeen?

PapaZen, à l'autre bout de la maison, imitant mon ton - Ouiiiiiii?

Julie - A vient de m'envoyer un mot... Tu veux venir une minute?

PapaZen, monte l'escalier, un tantinet inquiet - Qu'est-ce qui se passe?

Julie, cherchant ses mots - Bien... Regarde... C'est toute une affaire...

PapaZen, relisant le courriel deux fois plutôt qu'une avant d'exprimer son avis - C'est en plein pour toi ce cours-là...

Julie, doutant - Mais tu penses vraiment que...

PapaZen, pour qui ça semble l'évidence même - Bien... Oui!

Julie, tentant un premier argument - Ce n'est pas à la porte...

PapaZen, acquiesçant - C'est vrai que Trois-Rivières...

Julie, tentant un second argument - On parle de l'UQAT, pas de l'UQTR!

PapaZen, ne se laissant pas déstabiliser pour si peu - Bah, je suis sur qu'on peut s'arranger... Pense au défi que ça représente pour toi!

Julie, tentant un troisième argument - Mais, ça fait des années que je n'ai pas mis les pieds à l'université...

PapaZen - Ouin, pis?

Julie - Pis... ben...

PapaZen, complétant - Ben ça rentre parfaitement dans ton emploi du temps! Ben tu as toutes les compétences pour le faire! Ben ce sera une corde de plus à ton arc ! Go!

Julie, sentant la nausée monter - Mais c'est du boulot en titi, tout ça!

PapaZen, me faisant une "bine" avant de redescendre sans rien ajouter - Tu vas être la meilleure. Tu vas pouvoir réinvestir tout ce que tu as fait dans les dix dernières années. Go!

Julie, voyant qu'elle n'a plus d'issues et qu'il lui fera remettre son CV en ordre avant de partir pour le congé - Eh merde!

Grâce à A, je retourne en classe. Pendant 45 heures, je ferai de mon mieux pour enseigner à 15 futures enseignantes à intégrer les nouvelles technologies dans leur pédagogie.

1, 2, 3, c'est parti!

Crédits photo: Licence CC sobriquet.net
Lire la suite...

L'humain s'adapte-t-il à tout ?

Publié par Anik le vendredi, janvier 14, 2011 10 bouteilles à la mer...
Cette semaine, j'ai eu l'immense bonheur (sentez ici énormément d'ironie) de REvivre l'un des faits marquants ayant pimenté ma vie familiale depuis septembre... Pas un, ni deux, ni trois... mais pour la 4e fois... (du moins, je pense, je ne suis même plus certaine si c'est 3 ou 4 tellement ça en devient ridicule). Eh oui ! Cette semaine, j'ai repris le combat contre les POUX !!!

Au départ, j'étais bien stressée... Courriel du prof qui indique qu'une élève a des poux dans la classe. Je me dis : ca y est, c'est ma fille! Elle revient de l'école, lundi, et l'infirmière qui a vérifié ses cheveux soutient qu'il n'y a rien. Je respire... Mardi soir, j'entreprends ma propre vérification... Pas plus de quelques secondes après avoir commencé, je distingue ce que je suis maintenant en mesure de décrire même les yeux fermés : des lentes !!! ARGGGGHHH!!! (je vous épargne les sacres qui sont véritablement sortis de ma bouche, sur le moment)... Pas possible ! Non ! Calamité ! Les Dieux s'acharnent contre nous ! Le ciel nous est tombé sur la tête... Je fais sortir ma frustration, puis je m'attaque au problème et je me calme relativement rapidement... En fait, plus rapidement que les autres fois... 

J'en conclus donc que je suis en train de m'adapter aux poux (note aux poux en question : ce n'est pas une raison pour revenir chez moi, vous n'êtes tout de même pas les bienvenus)... Ces petites bestioles m'impressionnent de moins en moins... Est-ce à dire que n'importe quel problème, quel qu'il soit, s'il reste dans les parages assez longtemps, finit par ne plus nous toucher autant ? Je suppose...  Dans le fond, ça revient un peu à dire que le temps arrange les choses... Il nous permet de changer notre perception de nos problèmes qui, mêmes s'ils demeurent les mêmes, ne nous atteignent plus autant...

Comme on dit : « plus on en fait, plus on est capable d'en prendre »... C'est le même principe pour les problèmes. Plus ils perdurent, plus on développe notre résistance....

Sur ce, les filles quittent ce soir, alors je vais être au moins une semaine « poux-free »... J'avoue que ce n'est pas pour me déplaire... La saison de badminton recommence (et je me suis remise au ski alpin hier, après 17 années de pause...). Je recommence à enseigner au collégial. Une belle semaine s'annonce... Bonne journée!
Lire la suite...

Les dérésolutions

Publié par Evely le jeudi, janvier 13, 2011 5 bouteilles à la mer...
Le temps des résolutions est déjà de retour. L’an passé je me suis résolue à ne plus faire de résolutions. Bref, j’ai fait des dérésolutions. On se met beaucoup de pression avec les résolutions. Nouvel an, nouveau départ, nouvelle version de nous améliorée. Sauf que, est-ce qu’on a vraiment besoin d’une nouvelle version de nous améliorée?

C’est vrai, je voudrais être mieux, être parfaite et j’envie la voisine qui est jolie, intelligente et qui jongle parfaitement la vie familiale et professionnelle tout en ayant un sourire plus blanc que blanc, mais ce n’est pas moi. Moi je panique pour des riens, j’angoisse et je suis un peu timbrée, je cours et je peste parfs. J’aime avec un cœur plus gros que nature et je suis une épicurienne de la bonne bouffe, de bons amis, de famille et de tout ce qui donne le sourire. Je recycle, mais je ne suis pas une grande écolo, je dessine, mais je ne suis pas une artiste, je suis opiniâtre, mais je ne me bats pas aux barricades.

Oui, on cherche toujours à s’améliorer, mais au point de s’imposer des résolutions qui sont souvent trop strictes, trop lourdes et franchement pas pour nous. Faut-il tout faire pour se conformer aux bonnes résolutions sensées et saines, même si c’est contre nature ? À la place, je préfère rester moi avec mes ailes ébouriffées et mes cornes entremêlées.

Par exemple, l’an passé, j’ai "dérésolu" de ne pas manger de chocolat. Du coup j’en ai mangé, mais sans tomber dans les excès.

J’ai aussi "dérésolution" d’être toujours à l’heure. J’ai donc opté pour une « coordination matinale plus adéquate et un projet d'amélioration continue ». Qui doit encore se renouveler et progresser cette année selon Superpapa.

Une autre dérésolution était de suivre mon budget. Bien que je ne sois pas riche, je refuse de ne pas me faire des petits luxes à l’occasion. Même si ça dépasse mon budget du mois, je me dis que c’est pour mon propre bien. J’angoisse beaucoup côté argent, mais cette dérésolution a en fait eu pour effet de m’aider à tenir un peu plus à jour mon budget. Je continue cependant à penser qu’il y a un lutin qui s’amuse avec ma carte de crédit quand je ne regarde pas.

J’ai "dérésolu" à être Monsieur Net. Je fais du ménage chaque semaine et idéalement je range tout, mais parfois on manque de temps et il est plus important de jouer avec P’tit Clown. J’accepte que ça traîne un peu et je mets les rations doubles quand je suis plus capable de voir le fouillis. Avant la venue de P’tit Clown c’était une obligation primordiale, le ménage devait être faire de haut en bas toutes les semaines. Cette dérésolution m’apprend que jouer au train est de loin mieux surtout quand P’tit Clown fait des « tchou tchou ».

Cette année je veux me "dérésoudre" à retrouver ma taille de jeune fille. Je continuerais mes efforts, mais par plaisir et non pas par obligation. Je vais faire attention à moi sans me mettre des objectifs irréalisables… ouf cette dérésolution n’est pas gagnée d’avance, sauf que je ne veux plus en faire une maladie. J’en ai assez parlé, assez pleuré, maintenant il est temps que j’arrête de voir dans le miroir autre chose que ma silhouette telle quelle est.

Je fais aussi la dérésolution de devenir plus ci et ça. C’est bien beau la croissance personnelle, mais avant tout il y a l’acceptation personnelle. Je vais mettre plus d’emphase à m’accepter comme je suis avec mon caractère et mes limites. À toujours chercher à être une meilleure personne plus performante, on oublie qu’on est déjà une merveilleuse personne et qu’on devrait découvrir nos forces plutôt que de ne voir que nos faiblesses. Je vais voir jusqu’où mes habiletés vont m’amener et respecter mes travers.

Je ne me lance pas le défi cette année, comme l’an passé, d’être parfaite. Je ne sais pas tout, je ne connais pas tout, je fais des gaffes, des erreurs et des faux pas. C’est certain que je veux en faire le moins possible. Je me laisse facilement influencer par ce que je lis et je vois. Je remets toujours en question ma capacité à être un bon parent et une bonne personne. Cependant, je vois de plus en plus que ce qui fait de moi un bon parent et une bonne personne est cette aptitude à admettre que je ne suis justement pas parfaite et que mes manières sont des fois à revoir et d’autres fois à améliorer. Je continuerais de renchérir mes méthodes avec l’aide de tous ceux qui m’entourent. Je ne suis pas une Super-chick-trop-hot-maman-slash-professionnelle, je suis une Evely souvent dépassée, qui garde le sourire et qui analyse toujours trop, tout en étant un peu névrosée, un peu bouffon, beaucoup amoureuse et qui se dit que tout ça vaut le coup quand elle voit son P’tit Clown et son Superpapa qui lui sourient.

Finalement, ça se résume à une dérésolution : Je dérésolue que cette année je vais être une quintessence irréprochable de l’idéal que je me fais de ce que moi-même devrais être.

Hin ???

En gros, je serais moi du bout de ma tête toute disciplinée qu’elle puisse être à l’extrémité de mes orteils aventuriers et j’en serais fière.

Ouaip !!!

Ajout du cordonnier mal chaussé…

Je relisais ce que j’avais écrit concernant les dérésolutions et bien que je pense ce que j’ai dit, je dois admettre m’être fait prendre dans le tourbillon des bonnes résolutions de début d’année. Bon, je dois avouer que pour certaines résolutions, j’y tiens mordicus alors que pour d’autres, j’accepterais qu’elles tombent ou se modifient au fils de l’an selon les circonstances. Ce qui est bien dans ces nouvelles résolutions, c’est qu’elles sont familiales. Superpapa et moi avons décidé de nous prendre en main. Voici ce que ça donne :

- Commander du resto qu’une seule fois par mois. J’y tiens mordicus, d’ailleurs sur un calendrier 2011, je note les restos pour qu’on se rappelle à quand remonte le dernier appel. Ce n’est pas tant du fast-food, en fait c’est généralement des sushis que nous commandons, mais notre porte-monnaie souffre de notre gourmandise.

- Boire 2 litres d’eau par jour. J’accepte de ne pas y arriver. De ma vie, je n’ai jamais autant bu d’eau par jour. Le maximum que j’ai bu c’était 1 litre par jour pendant ma grossesse. Je suis consciente des bienfaits de l’eau pour le corps, la peau et la santé générale, alors je continue d’essayer tout en sachant que 1 litre c’est déjà bon.

- Manger à table. Les mardis et jeudis, ce n’est pas un problème, car j’ai mes cours de karaté, alors on fait un repas léger et simple, mais les autres soirs, on est plus lâche et la plupart du temps on s’installe devant la télé. Autant Superpapa que moi, n’aimons pas cette habitude et à plusieurs reprises ont a tenté d’y remédier. En espérant que ce sera la bonne bien que j’accepterais nos lacunes occasionnelles sur cette résolution.

- Mieux manger. En fait, ça fait des années que je travaille mon alimentation, mais épicurienne comme je suis de la gastronomie, je faille souvent. Avec l’aide de SOS cuisine et de nos livres de recettes, avec une épicerie bien pensée et des plats vite faits la semaine, mais bon et fait avec passion la fin de semaine tout en longueur, j’ai espoir.

- Faire plus d’exercice. Cette résolution est plus pour Superpapa qui en a marre de la fatigue dont il souffre. Moi, je veux aussi en faire plus, mais je veux respecter mon corps, surtout si je tombe enceinte. Je vais reprendre le karaté et le vélo et voir ce que je devrai modifier le cas échéant. Puis après bb2, on verra, mais j’ai déjà des idées pour retrouver ma ligne.

- Me coucher plus tôt. Cette résolution est l’une de celle que je veux tenir. J’ai de très mauvaises habitudes de sommeil et je le sais depuis longtemps. Je dois réapprendre à me coucher tôt pour plus performer et avoir plus d’énergie. En gros, j’ai plus vingt ans.

- Développer mes passions. À Noël ma maman m’a équipé en pinceaux, chevalet et peinture à ma demande. J’aimais tellement faire des dessins et de la peinture, mais vu que je n’ai pas de grand talent, j’ai laissé tomber après mes études en arts. Je veux recommencer et me ressourcer dans ma créativité.

Alors voilà. Mes résolutions qui défont mes dérésolutions. Le cordonnier mal chaussé qui veut être encore une fois, un peu plus parfaite, mais surtout qui veut s’améliorer pour son propre bien et celui de ceux qu’elle aime et ça c’est une bonne résolution.
Lire la suite...

Y a-t-il un compromis entre un fleuve tranquille et un tsunami ?

Publié par Anik le mercredi, janvier 12, 2011 5 bouteilles à la mer...
Où est-il le plus agréable de naviguer ?

Laval, 2008 - Le fleuve tranquille
Après un accouchement dans les neiges éternelles de 2008, la vie reprend son cours à Laval... Petit congé de maternité, nuits entrecoupées, allaitement... Vie familiale routinière... Carrière ? Concept plutôt farfelu qui se limite à quelques heures d'écriture par semaine. Vie de couple ? Concept encore plus farfelu qui se limite à quelques heures passées devant des séries américaines quand les enfants dorment... Défis principaux : conserver mon énergie, avoir du temps pour moi, m'adapter à la vie avec trois enfants, conserver un semblant de vie de couple... Sentiment de satisfaction face à ma vie : 5 sur 10...

Laval 2009 - La rivière aux rapides...
Bébé a un an... Maman décide de se reprendre en main... Programme pour créer quelques remous intéressants sur la rivière lavalloise : sport quotidien pour une reconquête d'une silhouette d'enfer, projet d'écriture avec Julie pour réaliser mon rêve d'être écrivaine, travail autonome à temps plein pour profiter de la vie et être présente pour la famille tout en ayant du temps pour moi... Changements de valeur : le plaisir devient une priorité, la gratitude est intégrée à ma façon de penser... Année agréable, mais vie de couple toujours sans remous... Sentiment de satisfaction face à ma vie : 8 sur 10...



Laval 2010 - Tsumani
Un énorme tsunami s'approche des berges lavalloises... Résultat : la réalité telle qu'elle l'était est ravagée en quelques semaines, et ça continue toute l'année... Séparation, monoparentalité, retour au travail à l'extérieur, nouvel emploi au collégial, rénovations au sous-sol et location des lieux, autonomie financière malgré mes grandes insécurités à ce niveau, pied fracturé et deux mois sans sport, nouvelle vie de couple et autres défis que je m'abstiens de commenter... Sentiment d'euphorie, de me sentir vivante mais moments de doutes et de tristesse également... Défis : lâcher prise, travailler sur la notion de bonheur à partir de l'intérieur... Sentiment de satisfaction face à ma vie : 9 sur 10...



Laval, 2011...  ???
J'ai eu une année 2010 fort mouvementée. Sans contredit, l'année la plus remplie de ma vie... Et je dois avouer que même si j'ai eu mon lot de moments difficiles, j'ai adoré cette année... Pourquoi ? Parce que je me suis sentie vivante... Je me suis senti avancer... Et j'ai eu le sentiment d'avoir appris beaucoup et cheminé, quoi qu'il me reste encore bien du pain sur la planche...

En 2011, j'aspire à plus de tranquillité, tout de même... Mais ma charmante copine Edith me demandait : «Comment vas-tu faire pour te contenter d'une petite vie calme et sans remous ?» À cette question, j'ai répondu que j'allais me créer de nouveaux défis, tout simplement. Que ce soit au plan de la carrière ou tout simplement le fait de vivre une relation de couple exceptionnelle (ce qui est tout un défi, avouons-le), je souhaite trouver le compromis entre le tsunami et le fleuve tranquille qui, je dois l'avouer également, ne me dit rien du tout... À chacun son type de navigation ! J'ai l'impression d'être accro aux remous, qui me donnent l'impression de vivre pleinement et  de me réaliser davantage... Quel est vôtre type de navigation ?
Lire la suite...

2010: (Re)découvrez les moins pires moments de Julie!

Publié par Julie le mardi, janvier 11, 2011 5 bouteilles à la mer...
Même si j'avais consulté les astres pour lister mes prédictions plutôt optimistes, l'année 2010 a commencé en force. En janvier, je suis investie dans un procès dans lequel m'ont soutenue Evely et Mamanbooh. J'ai aussi passé toute ma famille au détecteur de mensonges pour retrouver les lunettes "égarées" de PetiteSoeur.

En février, après nous être dit nos quatre vérités sans détours, PapaZen et moi avons passé un agréable tête-à-tête. Je confirme: nous sommes toujours amoureux! J'ai aussi pris sur moi pour gérer mes émotions: je n'ai presque pas pété ma coche envers les cri-crises de PetiteSoeur qui, heureusement, un an plus tard, a complètement passé outre son fucking four.

Avec l'arrivée du printemps, j'ai ressenti le besoin de me retrouver seule à seule, peut-être pour trouver ce que je veux réellement. Ainsi, en mars, j'ai eu la chance de changer de vie l'espace de quelques jours et de prendre congé pour ne rien faire. Avec recul, je ne sais pas pourquoi j'étais tant obsédée par la bouffe avec le redoux! L'hypothèse de me sentir comme une serveuse de restaurant chaque matin dans ma cuisine ou encore celle de ne jamais pouvoir manger assise demeurent les plus plausibles. J'ai mangé comme une reine les soirs de semaine. J'ai réussi mes patates pilées. J'ai même assisté au record mondial du Whippet.

En avril, je pétais le feu. J'ai demandé et j'ai reçu: j'ai commencé à faire des entrevues pour le blogue. J'ai aussi eu l'idée de commencer à potiner.

Je me rappelle clairement le moment où je suis passée d'imparfaite à calme. C'était en mai. Et ça a fait du bien! Ce nouvel état d'esprit m'a permis de mieux apprécier les petits bonheurs, comme les parties des hockey (!) les commentaires de PetiteSoeur sur ma cuisine (!!) et son amour inconditionnel (!!!)

Les vacances d'été ont été propices pour rêver. Après avoir laissé PapaZen simplifier nos plans de vacances et réglé tous nos soucis en moins de deux, je suis partie du bureau avec le sentiment du travail bien fait. Les vacances ont été parfaites: nous avons joué au bingo pendant le trajet en voiture et rempli une boîte aux trésors dont les filles parlent encore. Relaxation, réflexion et créativité ont leurs vertus: au fond de moi a grondé un vent de changement et un désir d'espace. J'ai même réussi une entrevue.

Bien que l'été se soit terminé dans la bonne humeur, le rythme rapide de la rentrée scolaire nous a rapidement rattrapés. Avec les essais et erreurs du retour à la routine, nous nous écoutons à peine lors des repas et tentons d'intégrer les devoirs et leçons à l'horaire. Et même si je suis pleine de bonne volonté pour prendre mon temps, il m'arrive de couper court et d'aller chercher du resto (mais surtout pas de poulet!). Inutile de me faire une liste pour occuper mes temps libres: il n'y en a pas! C'est le jour de la marmotte.

Néanmoins, sous le ciel bleu, nous avons déroulé le tapis rouge. J'ai mis beaucoup de temps en rédaction, si bien que j'ai donné l'impression de trimer toute la nuit. J'ai entrepris une collaboration avec Parentzie, j'ai animé le populaire blogue-réalité Les chefs et j'ai co-écrit un conte de Noël. Événements heureux certes, mais qui m'ont occasionné quelques billets blancs.

En fait, j'avais un objectif très précis, un désir de changement, alors j'ai mis les bouchées doubles tout l'automne. PetiteSoeur a remarqué que j'avais plus de cheveux blancs (ma coiffeuse aussi d'ailleurs!), ce qui m'occasionne quelques épisodes de folie passagère. Dans tout ce tourbillon, j'ai réussi à déjeuner avec ma meilleure copine (dont j'ai oublié le numéro de téléphone!) et j'ai tenté de créer une ambiance de Noël. C'était minuit moins une car GrandeSoeur fera bientôt tomber le mythe du vieille homme à la barbe blanche aux sourcils bruns...

Résultats des courses? J'ai fini l'année sur les fesses en regardant les Teletubbies. Ma fatigue est tombée d'un coup. Pas fort...

2011? Promis, je ne recommencerai pas! Il me faut mieux organiser mon temps, mais je suis déjà sur la bonne route :-D

© Julie
À qui la chance?
Lire la suite...

Le téléphone est-il à la femme ce que la caverne est à l'homme ?

Publié par Anik le lundi, janvier 10, 2011 5 bouteilles à la mer...
La célibataire que je suis, confiante de vivre une fantastique relation de couple en 2011, s'interroge sur les défis de cette fameuse vie de couple... En fait, je suis probablement une grande rêveuse, une optimiste ayant trop pris de caféine ou une femme qui devrait se faire tatouer le mot « utopie » sur la fesse gauche, mais qu'importe : je crois qu'il est possible de réussir une vie de couple.

Pourtant, logiquement, comme je suis célibataire, c'est forcément que j'ai raté toutes mes relations de couple antérieures... Drôle de constat, tout de même... Mes relations passées se sont toutes soldées par un échec. Or, comme dirait Lara Fabian « J'y crois encore »... (pardonnez-moi pour cet élan de « quétainisme », quoi que ce soit une belle mélodie, tout de même).

J'y crois tellement, que je fais le pari (on ne sortira jamais la compétition de moi, il faut croire) de vivre une prochaine relation de couple vraiment merveilleuse, forte des apprentissages de mes « meilleures » erreurs du passé.

J'en partage une avec vous, gracieusement... La madame ici présente aime parler... Beaucoup. Sans blague, si je n'avais pas de téléphone à la maison, je crois que mon efficacité augmenterait d'au moins 30 %, ce qui n'est pas rien. Il serait tentant que je limite mes interventions téléphoniques. Mes amis en auraient les oreilles tellement plus tranquilles, particulièrement Edith et Martine, qui ont sûrement gagné leur ciel cette année en écoutant mes nombreuses péripéties, couplées il va sans dire, de questionnements innombrables. Enfin, je m'éloigne du sujet...

Ce que je veux dire, c'est que comme toute femme qui se respecte, j'ai besoin de parler. Et les hommes, eux, ont besoin de silence et de se retirer dans leur « caverne » (selon la théorie de Grisham, dans « Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus »)... Or, quand mon chum se retire et qu'il a besoin de solitude  régler ses tracas, j'ai du mal à comprendre... et à me TAIRE! Je suis madame «Solution-Express», ou si vous préférez madame « On-va-régler-le-dossier-tout-de-suite ». Alors, ça me prend tout mon petit change de laisser l'autre cogiter dans sa caverne, parce que ça m'insécurise... Et je me mets à radoter, à questionner, alors que je devrais simplement me la fermer...

Je suis pourtant consciente que de laisser de l'air à l'autre pour réfléchir, c'est essentiel. Et qu'il reviendra frais et dispo pour la relation.... Pourtant, j'arrive aisément à laisser de la liberté à l'autre pour faire du sport, partir en voyage ou aller avec ses copains... Mais pour qu'il voie à ses soucis en solo, ça vient me chercher davantage, c'est plus ardu...  Je pense que ce sera l'un de mes défis dans mon prochain couple. Avez-vous cette impression, mesdames, que c'est aussi un défi pour vous ? Et messieurs (et là, je lance spécialement la question à Sébastien...héhé!), comment vivez-vous ce genre de situation ? Quelle serait la meilleure attitude à adopter par la femme qui partage votre vie ?
Lire la suite...

Quand dimanche rime avec potinage - Heureusement pas besoin de bouche à bouche!

Publié par Julie le dimanche, janvier 09, 2011 6 bouteilles à la mer...
Anecdote first. Potins ensuite. ---

Nous sommes tous dans la voiture pour les commissions du samedi. Joue le CD de Malajube. PetiteSoeur écoute religieusement Hérésie. ---


On inspire, on expire
Chacun fait sa part
Chacun joue son rôle...
PetiteSoeur, s'interrogeant à nouveau sur les grands mystères de la vie - Papa? Toi, respires-tu tous les jours?

PapaZen, retenant son fou rire - Bien sûr. Toi?

PetiteSoeur, formelle - Ça non! La nuit, je ne respire pas. Comme tu vois, en ce moment, je ne respire pas non plus!

Bien oui... je vois!

===

Avec des tambours et des trompettes, je vous annonce que Tigrou a gagné les 4 albums imagés de Noël offerts par les Éditions Scholastic. Avec toute l'organisation dont elle a su faire preuve pendant le congé, elle pourra respirer par le nez puisqu'elle les mérite bien!

Tigrou, envoie-nous un mot avec ton adresse postale!

===
Tout le monde en parle...

Un retour en classe remarqué pour Mamanbooh
Vendredi Merci: merci la vie!

Grande Dame se désole
Ne juste pas comprendre

C'est qu'on a faim chez Anne-Marie
2011: année de l'ado

Bizz s'en fait passer une petite vite (mais ça ne l'empêche pas de dormir)
Complot père/fille

Peccadilles s'écrit et se trouve brillante par-dessus le marché... si ce n'est pas de l'efficacité ça!
Memo

Félicitations à Catellina!
L'année 2011 sera haute en couleur, en saveur et en bonheur!
(et en rondeurs aussi ;-)

Daniel a une heure pour écrire en prenant son premier café au café de l'année
Résolutions 2011 : Plus de faces, plus de «books» (aux 2 extrémités de la production), moins des 2 en même temps

Belle réflexion d'Isabelle
Ma relation amour-haine avec Internet

Belle idée de Claudia
Maïs soufflés "arc-en-ciel"

Crédits photo: Licence CC Dennis Wong
Lire la suite...

Tic Tac: Pour gagner du temps

Publié par Julie le samedi, janvier 08, 2011 9 bouteilles à la mer...
J'espère que vous me pardonnerez de ne pas vous en avoir parlé plus tôt. C'est que je voulais maximiser mes chances de gagner. Quand j'ai vu ce concours, j'ai tout de suite su que c'était pour moi. ---

Ça commençait comme suit: ---

Gagnez du temps! Cessez de papillonner!
Votre liste de tâches à faire vous donne le tournis?
Vous entamez de nouveaux projets?
Vous vous réveillez la nuit avec le sentiment d'être en montagnes russes?
Vous vous réveillez le matin avec la certitude que vous avez oublié quelque chose d'important?

Pour moi, qui ai passé tout le temps des fêtes à penser à tout ce que j'aurais à faire en janvier, c'était VRAIMENT tout indiqué. Intriguée, j'ai poursuivi ma lecture.

Nous vous offrirons les outils pour cibler vos actions essentielles et les trucs pour vous y mettre à l'instant. Nous vous initierons aux différentes astuces pour organiser vos millions d'idées et ainsi trouver la direction pour chacun des projets que vous menez de front.

Soyez satisfait de terminer vos tâches. Fierté garantie.

Et voici la phrase clé qui m'a convaincue:

Rentrez tous les projets qui vous animent dans votre échéancier.
En prime: faites vite et bien!

Le concours se terminait hier. J'avais jusqu'à minuit pour envoyer ma candidature. À 11h59, j'ai mis la dernière touche à mon dossier.

Pour impressionner les juges, j'ai décrit sommairement tous les défis que j'ai envie de réaliser en ce moment. Vous me connaissez, j'ai mis toute la gomme pour trouver les bons mots afin qu'ils me choisissent. À leur demande, j'ai ajouté une copie de mon agenda que je ne sais pas trop comment remplir encore. J'espère sincèrement une illumination divine ou une touche de créativité pour y parvenir! J'ai aussi joint une photo de moi laissant transparaître ma teinture qui est plus que due et des cernes discrets. Je crois que c'est le meilleur moyen pour qu'ils constatent que j'ai vraiment besoin d'y arriver.

Ouais, hier à 11h59, j'ai pesé sur "Envoyer" en me croisant les doigts et en me fiant à ma bonne étoile.

Question existentielle pour vous: en fin de semaine, je m'organise ou je relaxe?

Crédits photo: Licence CC Ladislara
Lire la suite...

Mon top 10 de l'année 2010

Publié par Anik le vendredi, janvier 07, 2011 3 bouteilles à la mer...
Je me permets ce matin un dernier bye bye à l'année 2010... Voici mes billets les plus lus de l'année, cette année charnière pour moi... Mes thèmes centraux s'y retrouvent, car 2010 fut une année ou j'ai découvert la monoparentalité, mais aussi où j'ai relevé de singuliers défis... et où j'ai aspiré, avec raison, à une vie meilleure...

Monoparentalité 101 - Ou comment devenir une mère monoparentale qui s'assume ?

Comment passer le temps ? Comment profiter d'une petite visite à la clinique avec les enfants ?
À bas les attentes ! Comment ne plus chialer après personne fait gagner du temps ?

Défis 2010 - Ou comment grandir dans la tourmente ?
Ça pourrait être pire... Quand assumer son célibat n'est pas si évident que cela...
Prendre une pause Quand un temps d'arrêt semble nécessaire...
Vendredi défi - Lâcher prise Quand lâcher prise devient essentiel....
Mondieu.com Quand on a besoin d'une aide extérieure pour lâcher prise...
L'échec a-t-il sa raison d'être ? Quand on perd une bataille, mais peut-être pas la guerre...

Aspirations 2010... 2011 - Ou comment avoir confiance en l'avenir ?
Comment faire ses pages du matin ? Comment l'écriture devient un outil pour s'améliorer ?
Bonne fête à moi... Comment profiter du changement d'âge pour viser du renouveau ?
Comment trouver son slogan 2011 ? Comment avoir une ligne directrice précise et positive pour 2011 ?

Sur ce, je vous dit bonne journée... Pour ma part, semaine fort mouvementée et riche en émotions, mais potentiellement un superbe départ pour du renouveau comme je l'aime... :-)

A+
Lire la suite...

Dix façons de me découvrir

Publié par Evely le jeudi, janvier 06, 2011 2 bouteilles à la mer...
En ce début d'année, j’aime revenir sur tout ce que la vie m’a offert en 2010, mais aussi depuis ma tendre enfance. J'aime prendre le temps de remercier autant les bonnes fortunes que les moins bonnes.

Ma vie a toujours été séparée en deux. D'un côté, j’ai la chance d’avoir des gens merveilleux autour de moi. J’ai eu la chance de voyager et celle d'avoir un P’tit Clown coquin. J'ai la chance d’être en santé et de pouvoir pas mal avoir tout ce que je veux. Je sais que j’ai une bonne étoile qui brille très fort quelque part pour moi.

Cependant, ma vie n'est pas toujours rose. J’ai vécu des choses très douloureuses et difficiles. Elles reviennent régulièrement me hanter. La plupart du temps, je les laisse nourrir mes incertitudes et mes craintes. J’essaie de ne pas me laisser influencer par elles, mais bon, comme je dis, elles font parties de moi et m’ont autant nui qu’elles m'ont aidée.

Cela dit, je crois que mes expériences me permettent de plus apprécier les beaux moments qui s’ouvrent à moi. Quand j’ai écrit Un petit dimanche pluvieux , je racontais un de mes bonheurs comme on sent une fleur jusqu’à ce que chaque parcelle de son parfum nous envoute. J’aime écrire ces petits moments douillets qui restent avec moi pour me faire sourire même quand les larmes perlent sur mes joues.

J’ai une chance incroyable d’avoir trouvé un amoureux qui est vraiment génial. Avec ses beaux yeux bleus, il me fait découvrir l’ivresse de la passion et tout ce que les hommes ont de bon à donner. Ah la la, ça y est je recommence à faire un éloge sur lui, mais c’est vrai, il m’a fait découvrir l’amour, le vrai, et pour ça, je lui en serais toujours reconnaissante. Il m’a redonné confiance dans les hommes, ce n’est pas une mince chose. Je me sens forte à ses côtés, mais surtout je me sens à la maison dans ses bras.

P’tit Clown grandit, je prends un malin plaisir à le découvrir. Je me vois en lui, je vois Superpapa en lui, mais surtout je vois un P’tit Clown qui est un peu gâté et très curieux et totalement adorable. Je me remets continuellement en question. Je souhaite lui offrir le meilleur de moi et en espérant être à la hauteur de tout ce qu’il est. Ce rôle qui nous est donné d’être parent est de loin le plus beau des cadeaux que la vie nous fait.

Je dis souvent que je suis un peu timbrée, ce n’est pas complètement faux. Vieille copine m’a déjà dit que j’allais bien avec Superpapa parce qu’on est les deux un peu bizarres. Du coup, il n’est presque pas surprenant que des mésaventures nous arrivent. Ma maison de Schtroumpfs pourrait vous en parler longtemps tout comme mon BBQ. J’aime beaucoup ces moments loufoques qui font décrocher du quotidien. Je suis une fan des films de Mel Brooks pour cette raison. Quand c’est absurde, c’est parfait. La vie est un torrent qui devrait être tordant. Trop souvent, on se prend au sérieux. Par chance, il m’arrive des cocasseries qui me font réaliser que toute situation se prend mieux si on en rit un peu.

En ce début d’année, je vous partage mon top 10 de mes billets. À partir de ceux qui ont été le plus lus, j’ai fait mon palmarès. La vérité c’est que j’ai beaucoup de difficulté à dire lesquels sont les meilleurs. En fait, je les écris par plaisir et je suis toujours surprise quand on me fait de beaux commentaires.

1. Petit dimanche pluvieux

2. Recette pour un papa réussi

3. Michi, michi beaucoup

4. Trois petits pas qui vont loin...

5. Qui se cache derrière le masque de Superpapa?

6. Ça n'a pas de prix

7. Comment je me suis rendu compte que mon poupon était devenu un bébé

8. Je ne veux pas manger caaaaaaaaaaaaaaa!

9. La maison de Schtroumpfs

10. Comment survivre à une canicule sans péter les plombs

J’en profite: avec sincérité, je vous remercie pour tous ces mots d’encouragements et tous ces conseils que vous me donnez. Je les apprécie beaucoup. J’ai toujours hâte de vous lire, merci encore de venir visiter mon île où il y a une mère semi-calme qui, en regardant le ciel bleu, raconte sa petite vie pour le plaisir des oreilles au large.
Lire la suite...

Un mal pour un bien...

Publié par Anik le mercredi, janvier 05, 2011 1 bouteilles à la mer...
Un mal pour un bien...
Un mal nécessaire...
Après la pluie le beau temps...

Il existe bon nombre d'expressions qui laissent entendre que parfois, un certain malheur est nécessaire à l'appréciation du bonheur qui suivra... Toutefois, je me demande comment rester zen dans la tempête, surtout quand on subi la tempête par la bande ? Quand on voit quelqu'un qui compte pour nous vivre des moments difficiles, quand on voudrait conseiller ou agir pour l'aider, mais qu'il est important que la personne en question pose ses actions elle-même, à sa façon... Que faire ?

Je me sens impuissante. Je n'ose pas m'imposer. J'ai offert mon aide, mon support... Je suppose que c'est suffisant... Mais je suis inquiète, et cette inquiétude me ronge... Quelqu'un a-t-il un remède anti-inquiétude ? Je suppose que la confiance et la foi constituent de puissants remèdes... Et que l'expression « le temps arrange les choses » ou « laisser du temps au temps » ont leur part de vérité dans ce cas...

Autres idées ou réfléxions ?
Lire la suite...

Résolutions 2011: défi résolu?

Publié par Julie le mardi, janvier 04, 2011 6 bouteilles à la mer...
Avez-vous pris le temps de réfléchir à vos résolutions pour la prochaine année? De mon côté, habituellement, je les rêve et je les imagine. J'y pense et j'y réfléchis. J'y songe et je les peaufine.... Puis je les oublie!!

Cette année, j'ai fait différent!

Tout d'abord, j'ai pris le temps de les illustrer lors d'une originale journée de filles ayant eu lieu chez Anik. Voici le résultat de ma séance intense de bricolage entre deux-trois-quatre virées au buffet.



Ensuite, pour ne pas vous laisser en reste, j'ai pris le loisir de vous rédiger quelques résolutions aussi. Oui, oui, j'ai pensé qu'une douzaine de suggestions pourraient vous inspirer!

Ne me remerciez pas, allez plutôt faire un tour chez Parentzie pour me dire ce que vous en pensez!

Lire la suite...

Comment trouver son slogan 2011 ?

Publié par Anik le lundi, janvier 03, 2011 6 bouteilles à la mer...
J’ai finalement terminé l’année 2010 sur une note plus que positive… Inattendue, je dirais même… C’est fou comme la vie peut être pleine de surprises, lorsqu’on est ouvert à ces surprises…

Mais ce que je retiens de cette fin d’année somme toute réussie, après un échec cuisant, c’est ce que je veux appliquer en 2011 : garder le CAP. Ce mot prend un sens tout particulier pour moi : C pour Confiance, A pour Affirmation de soi et P pour persévérance…

J’ai l’impression, non plutôt la certitude, que ça va être mon « leitmotiv » pour 2011… J’ai quelques objectifs en tête : en 2011, je diminue la quantité, j’augmente la qualité. Je dois garder le CAP sur mes buts, avec confiance, affirmation et persévérance… Parce que si tout est possible avec une foi inébranlable, cela prend tout de même souvent un certain effort, un certain temps, d’où la nécessité de la persévérance… Et l’affirmation de soi m’apparaît essentielle pour affirmer ce que je veux et demeurer convaincue de mes objectifs sans que personne ne vienne me faire douter ou changer d’idée… En ce sens, je crois que je vais parler moins cette année, en guise de partage d’objectifs. D’ailleurs, il semblerait que ceux qui parlent moins de ce qu’ils veulent faire agissent davantage (My God! J’ai peine à croire à quel point je vais agir si je parle moins, déjà que j’agis beaucoup même quand je parle).

Garder le CAP sur mes buts, avec ces trois valeurs en tête, voilà ce qui m’apparaît une ligne directrice fantastique pour 2011… Le 1er janvier, perdue dans la brume sur l’autoroute 20, j’ai beaucoup pensé à tout cela… Il est parfois facile de perdre confiance en soi, de cesser d’écouter son instinct, ce fameux instinct qui nous aide pourtant à nous affirmer… Je crois que je vais associer une chanson à mon slogan 2011… Si Hallelujah de Jeff Buckley me rend dans un état de calme et de gratitude incroyable, je veux une chanson qui bouge et me mette dans un état de bonne humeur et d’action… Je sais que j’en ai déjà parlé, mais cette chanson me motive. Je vais prendre « The time » des Black Eyed Peas, parce que 2011, c’est le temps de vivre ma vie comme jamais je ne l’ai vécue. J’en ai le pouvoir. 2010 m’a permis de jeter les bases de ce que je voulais et de développer, encore plus qu’auparavant, la force de caractère nécessaire. 2011 sera une année pour bâtir, à partir de ces bases, mon slogan en tête, question de le vivre quotidiennement…

Alors le voici, officiellement, tout frais sorti de mon cerveau échauffé, mon slogan 2011 :

En 2011, je garde le CAP !

Et vous ?
Lire la suite...

Quand dimanche rime avec potinage - Julie, meilleure en eau froide

Publié par Julie le dimanche, janvier 02, 2011 4 bouteilles à la mer...
Devinette du Jour de l'An...

  • Elle permet d'être propre de sa personne (PetiteSoeur ne s'en plaint donc pas).
  • Elle rend atroce la corvée de vaisselle (Personnellement, c'est moi qui m'en plains).
  • Elle permet d'apprivoiser la simplicité volontaire lorsque nous en sommes privés.
  • Puisqu'elle coûte une beurrée les jours fériés, on préfère attendre au 3 janvier pour s'en procurer à nouveau.

Qui suis-je?

De l'eau chaude!

Notre bienaimé chauffe-eau a décidé de rendre l'âme... le 31 décembre! Le service funéraire est hors de prix en cette période des fêtes (et même après, je dois le dire!). Il sera exposé, vraisemblablement lundi matin. J'ose croire que l'embaumeur nous fera une belle job. N'envoyez pas de fleurs, mais vos sympathies sont bienvenues (de même que vos invitations à squatter votre salle de bain).

Ce sont toujours les meilleurs qui partent les premiers...

===
Tout le monde en parle...

===
Anne-Marie n'est pas riche côté finance, mais...
Une virée dans le bois

Wow! Wow! Wow! pour Tchoubi! (pour l'idée et pour le livre à venir!)
Fabriquez votre couronne de Noël!

Pas de résolution pour Camille, la maman d'Auguste
2011, mais le plus beau des projets!

Songés les trois alliés de Florence-Élyse
2.0.1.1

Un 31 décembre tout en douceur chez Sophie
Fièvre

Mamanbooh est en tête-à-tête avec Papabooh
31 décembre et la loi de Mummy

Je n'ai pas vu les trucs de Mélissa à temps...
Quelques trucs pour éviter d'engraisser pendant les Fêtes

Bon, bon bon, il y a Bizz qui me vole mon idée avant que je n'aie le temps de m'y mettre
Rétrospective 2010

Annie et Madeleine font de même! (ce qui me convainc de me dépêcher un peu plus!)
Cuvée 2010

===

Partagez ici votre billet préféré cette semaine,
que ce soit le vôtre ou celui d'une autre.


Participez aussi à notre concours pour gagner 4 albums imagés de Noël.

Crédits photo: Licence CC kevindooley
Lire la suite...
 

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2010 Designed by Ipietoon Blogger Template Sponsored by Online Shop Vector by Artshare

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon | Distributed by Blogger Templates