La journée sans obligations

Publié par Anik le mercredi, octobre 10, 2012
Ce week-end, je devais corriger les travaux de mes étudiantes. C'était là la seule obligation que j'avais, puisque j'allais au chalet de mon conjoint et qu'outre la vaisselle, aucune tâche ne m'y est assignée. Or, j'ai oublié mes corrections à Laval. Acte manqué ? Non ! Révélation...

Sans Internet, pas de rédaction. Sans travaux, pas de correction. La joie !

Je n'étais pas préparée au sentiment de liberté que cela m'a occasionné. De là, il ne fallait qu'un pas pour statuer un nouveau concept : « La journée sans obligation ! » À partir de maintenant, une fois par semaine, je m'engage à ne pas avoir d'obligations. Pas la moindre, si petite fusse-t-elle !

J'en discutais avec ma copine Edith qui se disait sceptique quant à la faisabilité du concept, étant données les éternelles listes de tâches qui n'en finissent jamais d'allonger. Ce à quoi je lui ai répondu que, comme il est impossible d'en venir à bout, une journée sans obligation n'y changerai pas grand-chose (sauf peut-être, positivement, de susciter plus d'efficacité les autres jours). De plus, cela a un effet des plus bénéfiques sur le moral.

Ça vous dit d'essayer ? Pensez-vous la chose possible, même si vous êtes chez vous et non ailleurs ?

4 bouteilles à la mer...:

Anonyme a dit…

Ne faut-il pas manger pour vivre, respirer, préparer les repas pour la marmaille, aller à la salle de bain, dormir, marcher pour se rendre du point au point B...

Sans obligation... impossible!

Journée égoïste, centrée sur son nombril, à ne rien faire de constructif... possible!

Anik on 10 octobre 2012 à 20:36 a dit…

J'avoue que je n'ai pas élargi le concept d'obligations aux tâches « régulières » comme manger... Ces tâches ne me dérangent pas, alors je ne les perçois pas comme des obligations, mais ça dépend évidemment de chacun...

Même chose pour le fait de faire quelque chose de constructif... Si ce n'est pas une obligation, ça peut quand même être constructif. Exemple : j'ai fait du rangement la semaine dernière et j'ai rédigé pour mon roman. Cela a donné un excellent résultat, très constructif, mais je l'ai fait parce que ça me tentait, non parce que j'étais obligée. Ça fait toute la différence dans le sentiment de liberté.

Marie-Jeanne on 10 octobre 2012 à 21:21 a dit…

Oh! que oui c'est possible! et ma fois important. Cela crée un bel équilibre qui porte même avantage aux autres de notre entourage!
Une journée pour se faire plaisir fait de nous une personne plus calme, heureuse et accessible pour donner et partager autour de soi.
Pas besoin de grand fla-fla et de tout foutre derrière soi...mais comme dit Anik, seulement le fait de s’allouer du temps, de déterminer dans le temps un espace pour soi,on dirait que tout ce met en plan pour être agréable. Serais-ce notre façon de penser les choses qui diffère qui génère cette douce énergie. Probablement car tout goûte plus bon dans ma cuisine, je savoure chaque petits bonheurs à travers mon quotidien...et il y a de la place pour voir les petits clins d'oeil que la vie m’envoie.
C'est important de ralentir un peu et de savourez les chances qu'on a.
Du temps bien investi!!!!

Marie-Jeanne on 11 octobre 2012 à 06:48 a dit…

J'ajouterais qu'on peut prendre l'habitude de déléguer des petites à plus grandes obligations, selon l'âge, à nos jeunesses. Cela permet d'acquérir de l'autonomie, du partage dans cette micro-société qu'est la famille et des habilité pour plus tard...et il reste de temps de qualité.

 

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2010 Designed by Ipietoon Blogger Template Sponsored by Online Shop Vector by Artshare

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon | Distributed by Blogger Templates