Le téléphone est-il à la femme ce que la caverne est à l'homme ?

Publié par Anik le lundi, janvier 10, 2011
La célibataire que je suis, confiante de vivre une fantastique relation de couple en 2011, s'interroge sur les défis de cette fameuse vie de couple... En fait, je suis probablement une grande rêveuse, une optimiste ayant trop pris de caféine ou une femme qui devrait se faire tatouer le mot « utopie » sur la fesse gauche, mais qu'importe : je crois qu'il est possible de réussir une vie de couple.

Pourtant, logiquement, comme je suis célibataire, c'est forcément que j'ai raté toutes mes relations de couple antérieures... Drôle de constat, tout de même... Mes relations passées se sont toutes soldées par un échec. Or, comme dirait Lara Fabian « J'y crois encore »... (pardonnez-moi pour cet élan de « quétainisme », quoi que ce soit une belle mélodie, tout de même).

J'y crois tellement, que je fais le pari (on ne sortira jamais la compétition de moi, il faut croire) de vivre une prochaine relation de couple vraiment merveilleuse, forte des apprentissages de mes « meilleures » erreurs du passé.

J'en partage une avec vous, gracieusement... La madame ici présente aime parler... Beaucoup. Sans blague, si je n'avais pas de téléphone à la maison, je crois que mon efficacité augmenterait d'au moins 30 %, ce qui n'est pas rien. Il serait tentant que je limite mes interventions téléphoniques. Mes amis en auraient les oreilles tellement plus tranquilles, particulièrement Edith et Martine, qui ont sûrement gagné leur ciel cette année en écoutant mes nombreuses péripéties, couplées il va sans dire, de questionnements innombrables. Enfin, je m'éloigne du sujet...

Ce que je veux dire, c'est que comme toute femme qui se respecte, j'ai besoin de parler. Et les hommes, eux, ont besoin de silence et de se retirer dans leur « caverne » (selon la théorie de Grisham, dans « Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus »)... Or, quand mon chum se retire et qu'il a besoin de solitude  régler ses tracas, j'ai du mal à comprendre... et à me TAIRE! Je suis madame «Solution-Express», ou si vous préférez madame « On-va-régler-le-dossier-tout-de-suite ». Alors, ça me prend tout mon petit change de laisser l'autre cogiter dans sa caverne, parce que ça m'insécurise... Et je me mets à radoter, à questionner, alors que je devrais simplement me la fermer...

Je suis pourtant consciente que de laisser de l'air à l'autre pour réfléchir, c'est essentiel. Et qu'il reviendra frais et dispo pour la relation.... Pourtant, j'arrive aisément à laisser de la liberté à l'autre pour faire du sport, partir en voyage ou aller avec ses copains... Mais pour qu'il voie à ses soucis en solo, ça vient me chercher davantage, c'est plus ardu...  Je pense que ce sera l'un de mes défis dans mon prochain couple. Avez-vous cette impression, mesdames, que c'est aussi un défi pour vous ? Et messieurs (et là, je lance spécialement la question à Sébastien...héhé!), comment vivez-vous ce genre de situation ? Quelle serait la meilleure attitude à adopter par la femme qui partage votre vie ?

5 bouteilles à la mer...:

Mamanbooh on 10 janvier 2011 à 06:13 a dit…

Mais oui Anik! C'est un de mes gros défis...

Je suis très sensible au ton de voix, je m'inquiète (trop) rapidement et j'ai déjà 10 solutions alors que le problème n'est pas encore exposé!

C'est justement là que le téléphone, l'ordi ou la méditation (pas encore appliquée) est utile. On se décharge alors que l'homme le fait à sa façon et on peut se retrouver ensuite.

Mais, ça demande un énorme lâché-prise et j'y travaille encore...

*C'est normal que ça soit plus difficile côté tête que côté corps, c'est plus obscure.

Caro l'ergo on 10 janvier 2011 à 06:36 a dit…

L'admission de la présence de la ''caverne mâle'' est en fait le premier pas. Personnellement, depuis que j'ai lu : ''Les hommes viennent de mars...'', il y a plus de 10 ans, j'y repense régulièrement dans mes relations avec des hommes (en plus de mon chum, j'y inclu mes patrons, mes chums de gars,...) et ça fonctionne.

Ainsi, si tu laisses à l'homme sa caverne, il y ira de moins en moins...

Je sais que ça fonctionne. Chez moi, je ne sais même plus où elle est la caverne!

Bonne chance!

Maryse on 10 janvier 2011 à 13:14 a dit…

J'avais lu ce livre au tout début de ma relation avec mon conjoint, et c'est aussi cette caverne qui m'avait le plus marqué. Juste le fait de prendre conscience que les hommes sont différents et qu'ils ont besoin de ses moments de solitude m'a aidé à comprendre et à accepter ces moments de froids sans trop m'en faire, il faut faire confiance à l'homme et lui laisser trouver sa solution lui même.

Et puis, tu fais bien d'y croire! C'est l'élément essentielle pour pouvoir être bien dans une relation, si tu n'y croyais plus, ce serait perdu d'avance. ;-)

Anik on 10 janvier 2011 à 13:27 a dit…

@ Toutes
Bon, alors il ne s'agit pas là d'une fable... Je vais en prendre bonne note pour ma prochaine relation...

@ Mamanbooh....
10 solutions aux problèmes encore hypothétiques, je me reconnais... ;-)

@ Caro
Contente que tu ne sache plus où est la grotte... Sur une piste de ski de fond, peut-être ? Ou sur la route du vélo ? Ce sont de bons endroits...

@ Maryse
La confiance, tu as raison, est un élément clé... Et l'un des éléments de mon slogan 2011, d'ailleurs...

Evely on 10 janvier 2011 à 19:12 a dit…

On est définitivement pas pareil mon chum et moi. Je pousse l'art de la communication pour qu'il s'exprime, mais ce - Cromignon - ne comprend pas l'importance de parler. Enfin, il réagit pour lui et c'est correct aussi. J'essaie de respecter sa caverne et lui essaie de me parler. Je pense qu'on est pas trop pire et sans blague, je crois que des fois c'est moi qui me refuge dans ma caverne. Maudite influence :op

 

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2010 Designed by Ipietoon Blogger Template Sponsored by Online Shop Vector by Artshare

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon | Distributed by Blogger Templates