La jardinière

Publié par Evely le jeudi, mars 10, 2011
Je vous ai déjà fait part de la recette pour un papa réussi. Un plat délicieux qui réchauffe le cœur à tout coup. Sauf que c’est bien beau, mais les papas, ce sont les papas, et les amoureux, c’est autre chose.

Les amoureux, on les plante dans la terre, comme une plante. Certains amoureux sont des annuels et d’autres sont des vivaces. Faites attention, ce n’est pas écrit, moi je me suis fait prendre quelquefois, mais j’ai un amoureux vivace maintenant. C’est, en fait en le cultivant que vous découvrirez lequel vous avez.

Évidemment, on choisit un germe d’amoureux à son apparence, mais ne vous y méprenez pas: un beau germe ne contient pas toujours de belles fleurs. Superpapa était dans un germe qui était un peu turlupinade, mais quand j’ai senti toute cette culture à l’intérieur, je n’ai pas pu résister très longtemps. En fait, j’avais vu Superpapa depuis un bon moment quand je suis rentrée dans le magasin d'amoureux, mais j’avais fait des grands détours avant d’arriver à son étagère. Quand j’ai senti le parfum d’amour qui s’en dégageait, j’ai su que je l’achèterais. Avec le temps, l’amour de Superpapa est une des choses les plus pures que j’ai vues et son flamboiement m’émeut de jour en jour.

Une fois votre germe en poche, il faut lui trouver la bonne plate-bande chez vous. Certains amoureux ont besoin d’ombre, d’autres aiment être exposés à la lumière. Il faut respecter leurs besoins, sinon il se pourrait que rien ne pousse et que votre amoureux disparaisse avant même de naître. C’est triste quand ça arrive.

Très important, si vous avez déjà des plantations ou des restants de plantations, laissez une certaine distance entre vos pousses. Sinon, un risque que tout s’entremêle chaotiquement ou qu’une pousse veuille prendre le dessus sur le reste de la plate-bande… Une bonne distance, croyez-moi. Je sais, au printemps, on a hâte de planter un amoureux, mais si vous ne labourez pas votre terre, si vous ne jetez pas les anciennes racines, vous risquez de ne pas avoir un amoureux qui dure, même si c’était un amoureux vivace. Ce ne sont que des recommandations, bien sûr.

Il faut aussi bien choisir votre terre. Je vous dirais qu’une terre noire, dense et passionnelle constitue l’idéale pour les débuts, mais avec le temps une terre plus affectueusement stable dont le taux de pH est équilibré fera très bien l’affaire. Votre amoureux appréciera cette attention, car dans le long terme, l’amoureux recherche un sol qui est permanent et qui respecte son environnement ainsi que le vôtre. Une fois de temps en temps, ne vous gênez pas pour mettre une terre nouvelle un peu exotique, pigmentée ou aromatisée. Ces égards sont de belles gâteries qui aideront à faire pousser votre amoureux surtout en temps de sécheresse.

On arrose avec de la communication, de la spontanéité, de l’attention, du respect, de l’écoute, de la loyauté, de la franchise et surtout des projets en commun. Encore une fois, petite indication: si vous arrosez trop souvent vous risquez de noyer votre amoureux. Sous la pluie constante, il mourra. Le contraire est aussi vrai. Si vous l’asséchez, il trépassera complètement sec et seul ou ira chez la voisine où le gazon est toujours plus vert et jeune. L’amoureux à besoin de vous, autant que vous avez besoin de son parfum qui ensoleille votre vie. Ne l’oubliez pas.

Quand l’amoureux pousse, c’est bon signe. Il ne faut pas qu’il devienne trop grand et démesuré. Il risquerait de vous ombrager et ce n’est pas ce que vous voulez. Ni qu’il reste petit sous vos soins, bien sûr il faut que vous l’entreteniez, mais vous n’êtes pas là que pour lui. Vous saurez que sa grandeur est adéquate quand il prend assez de place dans la plate-bande sans pour autant la détruire par ses racines.

Comme pour toute plante, il arrivera que l’amoureux perde des pétales et des couleurs, il arrivera qu’il s’endorme avec l’hiver, mais si vous avez un amoureux vivace, vous saurez que ce sont les saisons de la vie et qu’au printemps votre amoureux renaitra plus grand et plus fort qu’avant. Je vous souhaite peu de changements de saisons, mais quand le froid vient, dites-vous que si votre amoureux est bien enraciné, vous le retrouverez assez vite.

Je ne vous mentirai pas : comme vous pouvez le voir, un amoureux, c’est du travail. C’est beaucoup de constance, de soins, de partage et ça ne fleurit pas toujours, mais croyez-moi, ça vaut la peine d’essayer. Les amoureux sont des plantes surprenantes qui souvent vous enchanteront par leur caractère distinct et leur manière unique de faire les choses. Je me souviens qu’en fait au début, sachant que j’étais mauvaise jardinière, je ne donnais pas grande chance à ce petit germe d’amoureux. Pourtant aujourd’hui, il est enraciné dans mon cœur et je ne voudrais jamais le déloger de là.

Joyeux anniversaire, Superpapa!

6 bouteilles à la mer...:

Caro l'ergo on 10 mars 2011 à 06:49 a dit…

Wow, c'est un très bel hommage! Et que dire du style, de la métaphore dans le texte. De la vraie ''graine'' d'auteure... tu y a pensé?

Voici le passage qui m'a accroché en premier : ''un beau germe ne contient pas toujours de belles fleurs''...

Pour moi, lorsqu'on a trop de critères extérieurs, on ne trouve pas l'amour (du moins, il ne reste pas). L'amour, ça se sent, ce n'est pas objectif. C'est un sentiment inexplicable!!!

Merci pour ce beau texte ce matin.

bellemaman on 10 mars 2011 à 07:17 a dit…

Wow, j'adore ton texte!!!!

Isabelle on 10 mars 2011 à 08:33 a dit…

Très touchant et magnifique métaphore!

Anik on 10 mars 2011 à 08:58 a dit…

J’ai trouvé ça vraiment superbe! Ça m’a beaucoup parlé.

Pour le moment, ma terre est en jachère… Mais reviendra au bon moment, sûrement au printemps, la graine que je veux planter et dont je vais prendre soin…

Marie-Claude on 10 mars 2011 à 10:47 a dit…

Très belle ode à l'amour. Bien trop beau pour ne pas partager ça!

Evely on 10 mars 2011 à 10:56 a dit…

@ Caro l'ergo

Une grain d'auteur... que j'aime ça. En fait, j'aimerais beaucoup être une auteure, mon gros problème est la qualité de mon français. Par chance, Julie et Anik me corrigent. En ce moment j'écris (pour le plaisir) des petites histoires sur un monstre peureux. Je m'amuse.

@ Bellemaman

Merci beaucoup


@ Isabelle

Merci, je crois que je m'ennuie du printemps et du soleil. Il neige encore argggg

@ Anik

Je te souhaite une belle fleur qui grandit devant toi en toute beauté... et en temps et lieu pour pas que tu ne la perde.

@ Marie-Claude

C'est un plaisir de vous le partager :o)

 

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2010 Designed by Ipietoon Blogger Template Sponsored by Online Shop Vector by Artshare

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon | Distributed by Blogger Templates