À bas la violence, la faim dans le monde, et les hormones!

Publié par Audrey le samedi, septembre 10, 2011
Depuis que je suis mère, ma vision de la vie a changé sur d’innombrables aspects, mais il y en a un que je trouve vraiment très difficile à vivre… Avoir les larmes aux yeux à chaque bulletin de nouvelles, ayoye! Mon cœur se serre, le nez me pique, mes yeux s’embrouillent…
Chaque reportage sur la famine en Afrique est un calvaire incroyable à regarder. On y montre immanquablement de jeunes enfants qui souffrent de la faim, sans énergie, les yeux vides. Et je pense à mon petit glouton qui réclame sa bouteille à gorge déployée, petit roi ici. Je me sens si impuissante pour eux…

Y a-t-il vraiment quelque chose qu’on puisse faire, vous et moi, chacun chez nous? J’ai l’impression que même si je faisais don de ma paie au complet, ça ne changerait absolument rien. Je n’ai pas non plus l’âme d’une missionnaire, je n’irai pas participer à la construction d’un puits pour un village défavorisé… Alors je regarde les nouvelles et je renifle.

Avant d’avoir Bébé 1er, bien sûr j’étais touchée par ces situations, mais je vivais dans une bienheureuse insouciance. Puis, tout à coup, voilà ma conscience « sur-éveillée »… Ça doit être la faute aux hormones!

Et je ne parle pas des cas, plus près de chez nous, de violence faite aux enfants… Ça aussi ça me révolte et m’embue facilement la vue. Alors j’essaie de ne pas trop me concentrer sur ces nouvelles, ou bien je change de chaine…

J’imagine que le mieux que je puisse faire est d’aimer mon Bébé 1er (et ceux qui viendront après) et d’en prendre soin du mieux que je peux. Lorsqu’il sera grand, je pourrai lui faire prendre conscience de cette chance que nous avons d’avoir accès si facilement aux ressources de base qui nous permettent de vivre sans soucis, et lui apprendre à quel point l’amour vaut plus que la violence!

Et vous, comment vivez-vous cela?

Crédits photo: Licence CC pinprick

5 bouteilles à la mer...:

Hélène a dit…

Malheureusement (ou heureusement), je ne pense pas que ce soit les hormones. Mon fils aura bientôt 3 ans et je suis demeurée ultra sensible à tout ce qui touche aux enfants. Je me demande si l'accouchement ouvre une valve de sensibilité. Ou est-ce que c'est un restant d'un instinct laissé par l'évolution qui sert à perpétuer la race? Dès qu'on a un enfant, on a l'instinct de protéger les enfants des autres?

Comme il est difficile de nier cette pulsion, je pense aussi qu'il est préférable (pour nous, nos enfants et la société) de l'utiliser pour faire le bien autour de nous. Par des petits gestes, des petites doses d'amour, des prises de conscience et de l'enseignement à nos enfants.

Je nous souhaite tous un monde meilleur où les enfants auront le droit de vivre leur vie d'enfants et où ils n'auraient plus à souffrir pour les blessures, les erreurs des adultes...

Julie on 10 septembre 2011 à 07:36 a dit…

Même chose pour moi. Ça m'empêche de dormir ces histoires d'horreur. Les images d'archives des familles séparées de la 2e Guerre mondiale, les enfants disparus et les drames familiaux me rendent profondément triste. Je censure souvent ce que j'écoute.

Marie-Jeanne on 10 septembre 2011 à 07:47 a dit…

C'est difficile à comprendre tout çà ,alors qu'ici c'est l'abondance.C'est tellement troublant, ici aussi nos choix télé sont censurés. Instinctivement j'irais bien en accueillir... mais comme d'autres l'on écrit,je crois beaucoup aux petits gestes d'amour et d'entraide que l'on peut faire autour de nous.Et j'ai une pensée pour toutes ces mamans et petits...

Caro l'ergo on 10 septembre 2011 à 08:01 a dit…

Je crois que cette sensibilité est là pour nous ramener à l'essentiel, à nos richesses, nos enfants, notre famille...

Je discutais dernièrement avec un homme. Pour vous mettre dans le contexte, il enfant unique, est séparé de la mère de son fils, a une nouvelle copine, un père qui se meurt et une maman vieillissante. Il a fait le choix de vendre sa maison et d'aller s'installer avec sa mère pour prendre soin d'elle au décès de son père. Il me raconte ses projets comme si c'était l'évidence même: ''La famille, c'est ce que nous avons de plus précieux, des amis, des amants, des projets, nous pourrons toujours en avoir. Ma mère m'a mise au monde, a fait de moi la personne que je suis, je lui dois bien ça...''

Vlan! Moi qui croyais avoir la valeur FAMILLE de tatouée sur le coeur, venait de se rendre compte qu'il y a des gens qui sont vraiment généreux de leur être.

Ainsi, nous pouvons toujours agir, pas besoin de devenir misionnaire pour changer les choses. Il faut donner au suivant. Simplement!

fannyetcoco on 23 septembre 2011 à 11:41 a dit…

Je te comprend tellement!
Parfois même les commerciaux me font pleurer! C'est pathétique! J'étais senseible avant mais pas à ce point! Avec tout ce qu'on entend ces temps-ci au sujet de parents négligents ou violents me font trop de peine je dois fermer la télé!
Il faut miser sur le positif... pas toujours facile!

 

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2010 Designed by Ipietoon Blogger Template Sponsored by Online Shop Vector by Artshare

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon | Distributed by Blogger Templates