Quand ça tourne mal

Publié par Evely le jeudi, août 02, 2012
Je suis allée présenter Bébé Singe à mes collègues de travail. Évidemment, ils n’en revenaient pas à quel point il est beau. Pendant les deux heures où nous étions là, Bébé Singe est resté sage et souriant. Il faisait son fier coq devant tous ces nouveaux visages. Il se laissait prendre et riait quand on lui faisait des «  gagaga ». J’avoue que moi-même je faisais la fière.

Une de mes collègues a un fils de vingt ans. Elle prenait Bébé Singe avec plaisir, mais aussi avec nostalgie. « Profites-en » qu’elle me dit avec un trémolo dans la voix. « Ça change en vieillissant et tu les perds ». Elle avait les larmes aux yeux. J’avais le goût de lui dire qu’elle aurait l’occasion de catiner ses petits enfants dans quelques années, mais j’ai vu dans son regard que ça n’allait pas.

Elle m'a raconté que son garçon prenait de la drogue. Pas le petit joint de fin de soirée, la grosse drogue dure. Elle m’a dit qu’il a changé et qu’il est violent et vraiment méchant. Elle et son mari ont été obligés de le mettre à la porte, car ce n’était plus viable et qu’il avait épuisé tous ses chances. Elle m’a dit qu’elle ne savait plus quoi faire, quoi penser et qu’elle vivait dans la peur. Peur qu’il ne retrouve jamais son chemin, peur qu’il leur fasse du mal pour quelques dollars pour la drogue, peur qu’elle soit responsable de tout ça.

Elle m’avait déjà un peu parlé de son fils, mais en l’espace de quelques mois les choses ont vraiment dégénéré. À l’époque, je lui disais que les jeunes ont parfois besoin d’expérimenter. Qu’ils ne finissent pas tous en tant que drogué sans issue. Que, la plupart du temps, c’est une phase. Un rite de passage avant l’âge adulte. Mais là, je voyais bien qu’il ne s’agissait plus d’un rite de passage pour son fils. Je comprenais qu’elle me disait qu’il s’était perdu. Je lui ai demandé allait sa fill. Elle m’a dit qu’elle empruntait les mêmes chemins que son frère et qu’elle ne savait pas comment l’en empêcher.

Cette collègue est une madame pétillante et douce avec une petite tendance à potiner. Elle a une petite vie rangée avec son mari et ils ne font pas de vagues. Alors comment s’est-elle retrouvée avec deux adolescents sur le bord du gouffre ? En en parlant avec Superpapa, on se demandait jusqu’à quel point c’est l’éducation et jusqu’à quel point c’est le caractère des enfants qui fait qu’ils se révoltent aussi fortement. Dieu sait que Superpapa et moi avons tous les deux fait des crises d’adolescence assez salées. Mais jamais nous n’aurions manqué de respect à nos parents. Nous avons effleuré nos limites, mais nous n’avons jamais outrepassé celles-ci. Alors qu’est-ce qui fait que certains le font ?

En bordant P’tit Clown et berçant Bébé Singe, je me suis dit que ma collègue avait raison. Un jour, je vais perdre mes enfants. Ils seront des hommes qui feront leur propre choix et, même si je fais tout en mon pouvoir pour leur donner les outils pour être heureux et se faire une bonne vie, il n’y a aucune garantie que c’est ce qu’ils choisiront. Je ne peux que l’espérer et être là pour eux.

Je souffre pour ma collègue qui a perdu espoir et qui ne peut plus être là pour ses enfants. Ce doit être une chose déchirante pour un parent. Je ne pense pas qu’elle a été une mauvaise mère. J’espère qu’elle ne pense pas ça d’elle-même non plus.

Crédit photo : Licence CC ajfisher.td

1 bouteilles à la mer...:

Marie-Jeanne on 2 août 2012 à 07:04 a dit…

En Afrique ,on dit que çà prend un village pour faire grandir un enfant. Elle a surement été une bonne mère, cette dame, comme chacune de nous qui éduque nos enfants avec notre coeur et notre bon jugement. Nos jeunesses sont confrontées ,ici, à des difficultés sociales qui demandent beaucoup de force de caractère et d'une bonne connaissance de soi.L'influence des pairs, un certain isolement dû au monde électronique, des enjeux souvent trop facilités, peu d'efforts à faire pour obtenir,le soucis de toujours vouloir plus plutôt que d'être enfin ,la liste pourrait malheureusement s'allonger.
Nous sommes de bonnes mères qui doivent composer avec la société dans lequel ont vit...on prépare le terrain du mieux qu'on peut en mettant les bonnes graines ,on l'arrose de tout notre amour et nos bons soins mais on a peu de pouvoir sur le temps qu'il fera. Il en va de même pour nos ti-choux d'amour!

 

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2010 Designed by Ipietoon Blogger Template Sponsored by Online Shop Vector by Artshare

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon | Distributed by Blogger Templates