Ma plus belle rentrée...

Publié par Anik le mardi, août 31, 2010 6 bouteilles à la mer...
Définitivement, je viens de vivre ma plus belle rentrée scolaire à vie ! Je n'y crois pas, mais en même temps, si...

Comme je l'ai dit, je fais mon retour à l'enseignement, après une longue pause de 5 ans. Mais cette année, j'ai choisi de ne travailler comme prof au préscolaire que 3 jours par semaine, mes deux autres journées étant consacrées à l'écriture et à l'enseignement collégial. En plus, j'ai décidé de laisser ma classe à une autre, et d'aller en renfort à des enseignantes qui avaient choisi de travailler à temps partiel. Ainsi, je remplace une collègue les lundis et mardis, je reviens à la maison ou au cégep les mercredis et jeudis, puis j'enseigne à nouveau dans une autre classe les vendredis...

C'est mardi. Il est 17h30... Demain, je travaille à la maison. Je n'ai pas les enfants cette semaine. Je suis libre comme l'air. Je viens de m'entraîner dans la piscine, de méditer un peu, puis je fais de l'ordi au soleil sur mon patio. Ma meilleure amie s'en vient (un moment donné, je n'attends plus après personne) avec le souper déjà concocté... Je sirote une Smirnoff Ice... J'ai l'impression d'être vendredi... J'ai eu une belle journée de travail avec les élèves, en demi-groupe de 9 enfants puisque c'est la rentrée progressive. J'ai des super collègues de travail. Mon école est à 15 minutes de chez moi, à l'envers du trafic... Non, mais sérieux, puis-je être plus chanceuse ???

Une rentrée sans stress, sans enfants (qui sont chez Papa) ... Un beau petit groupe d'élèves en perspective (et celui du vendredi aussi, j'en suis certaine), pas de responsabilité de classe en tant que telle, mais le même salaire... J'ai vraiment l'impression d'être « gras dur »...

Là, maintenant, j'ai l'impression que je récolte tout ce que j'ai semé dans les derniers mois, voire les dernières années... Une vie à mon image, avec 3-4 emplois, du temps pour moi, des défis... Alors que je me suis longtemps crue inapte au bonheur, me voilà à penser qu'au contraire, je suis faite pour lui, qu'il est là... Un peu de thé vert à la menthe en classe, du Joe Dassin (j'ai initié les élèves à la chanson « Les petits pains au chocolat, pendant la collation), puis la chanson « I love Rock n' roll » qu'une petite puce de 5 ans chantait avec moi puisqu'elle la connaissait... Câline, que je suis choyée dans la vie... Ça ressemble à un vendredi merci, ce que je fais là, mais c'était plus fort que moi... Je dois dire merci pour cette belle vie que j'ai... Et j'espère, du plus profond de mon coeur, que vous êtes aussi choyée, parce que vous vivez la vie que vous avez choisie à votre image...

Bonne journée!
Lire la suite...

Fébrile la rentrée, vous dites ?

Publié par Evely le lundi, août 30, 2010 9 bouteilles à la mer...
C’est la rentrée. Et qui dit rentrée dit « guide-de-programmation-de-loisirs-et-de-sports-de-la-ville-de-Québec-arrondissement-Haute-Saint-Charles-édition-2010-2011 ». Bon, d’accord, il y a juste moi qui dis ça et je ne le dis pas souvent parce que c’est long à dire. La rentrée des classes, c’est aussi la rentrée des activités parascolaires et des loisirs et ça, c’est juste trop trippant !!!! Ah il y juste moi qui dit que c’est juste trop trippant? Ah bon. Je vais me calmer un peu… Voilà c’est fait.

Cette année encore, nous avons inscrit P’tit Clown à la natation. Il passe de « Étoile de mer » à « Canard ». L’an passé, j’avais pris tout mon temps pour remplir le petit formulaire et poster l’inscription. Résultat des courses : il n’y avait plus de place et nous avons dû nous reprendre à la session d’hiver. Cette année, fine renarde que je suis, j’ai pris congé pour poster le formulaire le lendemain de la réception du guide-de-programmation-de-loisirs-et-de-sports-de-la-ville-de-Québec-arrondissement-Haute-Saint-Charles-édition-2010-2011. Bon, je n’ai pas pris congé pour vrai. J’ai plutôt profité du fait qu’on avait rendez-vous chez le pédiatre pour me pointer à mon bureau d’arrondissement avec l’inscription dans ma main et un P’tit Clown mécontent de ses deux vaccins à venir dans l’autre main. La commis m’a assurée qu’en venant à 9 heures le matin comme ça, c’était sûr que j’aurais une place de choix. Pourtant, cette semaine la Ville m’a téléphoné pour me dire qu’il n’y a plus de place. Huit cents inscriptions au premier jour. J’étais la première du deuxième jour. Madame huit cent un. Quand même, P’tit Clown a une place dans une plage horaire moins géniale. Mais ce n’est pas grave puisqu’on va faire les canards, alors c’est chouette.

Moi, j’ai choisi un cours de karaté. Je n’ai pas de nouvelles pour l’instant à savoir si j’ai une place, mais j’espère que oui parce que je crains bien qu’à la mi-octobre je vais devoir ranger mon vélo. Il faudra alors que je trouve un autre moyen de me mettre en forme. Superpapa, lui, s’est entendu avec un ami pour faire de la randonnée et quand il fera trop mauvais, ils iront faire du badminton. Bref, nous sommes prêts pour nos activités et nos loisirs pour la saison froide.

C’est drôle, mais j’y ai pensé tout l’été à ce guide-de-programmation-de-loisirs-et-de-sports-de-la-ville-de-Québec-arrondissement-Haute-Saint-Charles-édition-2010-2011. J’avais tellement hâte qu’il arrive et que je puisse choisir MON activité. Je me sentais vraiment fébrile comme les enfants qui choisissent leurs activités parascolaires.

Quand j’étais à l’université, j’avais pris un contrat pour être animatrice d’activités parascolaires. J’allais donner les cours de dessin et de bande dessinée dans différentes écoles de la région de Québec. Je me souviens quand tous les animateurs étaient réunis dans le gymnase qui résonnait au moindre son. Au-dessus de nous, sur un tableau, il y avait l’activité qu’on animait et, devant nous, une liste vide où les enfants écrivaient leur nom pour y participer. Je me souviens quand ils rentraient dans le gymnase. La cacophonie des petites voix surexcitées qui bondissent sur les murs. Les enfants n’avaient pas assez de leurs deux yeux pour lire tous les noms d’activités. Ils allaient d’un kiosque à l’autre pour voir si leurs amis avaient signé. Et repartaient joyeusement en se disant qu’ils allaient s’amuser et avoir du plaisir. C’est exactement comme ça que j’ai réagi quand, dans la boîte aux lettres, j’ai vu mon guide-de-programmation-de-loisirs-et-de-sports-de-la-ville-de-Québec-arrondissement-Haute-Saint-Charles-édition-2010-2011. Ah! Il n’y a pas à dire, j’ai toujours ce côté enfantin en moi. Maintenant, j’ai hâte de commencer mes cours!

Crédits photo: Licence CC JasonTromm
Lire la suite...

Quand dimanche rime avec potinage

Publié par Julie le dimanche, août 29, 2010 13 bouteilles à la mer...
Je vous l'accorde, les sujets de mes potins sont un peu décousus ce dimanche. Il y a de la tristesse, de l'émotion, de l'ironie et de la sagesse.

Si mes thèmes sont disparates, les jours de ma semaine l'ont été tout autant...

Lundi: Journée retour au boulot. Le midi, tous les collègues ont raconté leurs vacances. J'ai entamé de passer à travers les 427 courriels que j'avais reçus. J'ai repris contact avec mes partenaires.

Mardi: Journée planif et suivi. J'ai fini de passer à travers ma pile de courriel! J'ai planifié grossièrement l'automne.

Mercredi: Journée de congé. Rentrée scolaire pour PapaZen. J'avais légèrement oublié que GrandeSoeur n'était pas encore en classe. Je me suis donc sacrifiée et nous avons passé un avant-midi magasinage de filles.

Jeudi: Journée vomi. PetiteSoeur était sur le carreau :-S Je me suis donc sacrifiée et j'ai fait solidairement la sieste en après-midi.

Vendredi: Journée "préparation de la traditionnelle épluchette chez Julie et PapaZen" en prévision de samedi! 24 adultes et 20 enfants sont attendus! Les filles ne se peuvent plus. Quant à Frérot, il ne se doute de rien.

===

Geneviève fait jaser
12 choses que les mères ne disent généralement pas

Ginie surmonte présentement le pire (je lui envoie mes plus belles pensées)
Tu ne seras pas un homme, mon fils

Isabelle n'a jamais changé d'idée: ses enfants portent les plus beaux prénoms
Pourquoi ne regrette-t-on jamais les prénoms qu'on donne à nos enfants?

La marâtre a un coup de cafard
Devenir mère quand on est belle-mère

Germaine a éclaté
La rentrée... la première

Hop Mama est en surdose
Confidences

Maman à bord a reçu toute une leçon
Rencontre avec la vie

La fille de Muriel conjugue, ma foi, fort bien!
Exploratrice en trottinette

Prune profite des plaisirs de la vie (Allez Prune! Bébé5 qui grandit est ta meilleure excuse. Profites-en!)
Fallait pas!

En 2005, Clément était déjà dans le ton avec cette belle tradition (je relis ce billet chaque année)
La Fête de la rentrée


Bonne rentrée!
Respirez par le nez pendant tout le mois de septembre!

Crédits photo: Licence CC rashida coleman-hale♥
Lire la suite...

Vendredi merci : merci évolution (et je ne parle pas de Darwin)...

Publié par Anik le vendredi, août 27, 2010 8 bouteilles à la mer...
Hier soir, j'ai fait ma rencontre de parents pour accueillir dans ma classe (qui est en fait la classe de ma collègue G, qui fait 3 jours/semaine, donc, j'en fais 2). Ça faisait depuis 2005 que je n'avais pas fait de rencontre de parents. Habituellement, j'avoue que cela me stressait. Pas énormément, mais quand même.

Mais hier, forte de mon bagage d'enseignement au collégial à une clientèle adulte (déjà, je récolte les fruits), je me suis permis de pousser des blagues pour faire rire les parents à plusieurs reprises. Et de vivre une réunion exempte de stress... Wow !

Eh oui! Je fais un retour à l'enseignement aux petits du préscolaire après 5 ans d'absence. Cinq ans... Avez-vous déjà pris le temps de faire le suivi de votre évolution depuis 2005 ? De ce que vous étiez alors, de ce que vous êtes maintenant aux plans physique, psychologique, émotif, professionnel, familial, relationnel, spirituel ? Ma collègue G, j'avais justement été sa voisine de classe en 2005... Se revoir ainsi, après 5 ans d'absence, ça fait drôle...

Ma réflexion sur mes 5 années d'évolution, je l'ai faite... Elle m'a réconfortée. Oui, j'ai évolué en 5 ans. Mais selon la règle du 80/20, je pense que j'ai fait 80 % de mon évolution depuis la dernière année (année qui représente 20% de cette période de 5 ans, d'où le 80/20). Ce fut une année charnière que mes 34 ans! C'est pour dire, j'avais 33 ans que je répondais que j'en avais 34 sans y penser...

Cette année, je suis dans le groupe 55, dans le local 125, et j'aurai 35 ans, le 5... Le chiffre 5 semble un nombre en vedette cette année. C'est mon chiffre préféré, mon chiffre chanceux... Alors, une belle année s'annonce j'en suis certaine, pour mes 35 ans. Une année de renouveau... Sincèrement, je termine un cycle, un merveilleux cycle... Et le jour de mes 35 ans, bien la chenille deviendra papillon (justement, mon autre classe du présco du vendredi est la classe des papillons), après une longue évolution...

P.-S. En passant, je n'ai pris aucune substance illicite ce matin, c'est seulement que j'ai trop peu dormi cette semaine... Alors, veuillez excuser mes métaphores de bestioles! Quoi que je pourrais me prendre pour une luciole (parce que je suis brillante, héhé!), ou pour une fourmi (mon petit côté économe et travaillant), ou même... Ah, arrêtez-moi quelqu'un!!! Bon, je file, ma petite dernière a un rendez-vous médical. C'est une chance pour vous, parce que sinon, je pense que j'étais partie sur les bibittes ce matin...
Lire la suite...

Ça n'a pas de prix!

Publié par Evely le jeudi, août 26, 2010 7 bouteilles à la mer...
L’an passé, on s’est acheté notre tout premier BBQ. Et quelle aventure! Étant donné que j’ai le don de faire les choses de manière… disons originale, je n’ai pas pu résister à l'idée de vous raconter cette bonne anecdote pour terminer l'été en beauté. ---

Commençons par le début. J’ai participé à un concours dans un magazine dans le but de gagner un BBQ. Évidemment, je n’ai pas gagné le BBQ. Mais j’ai tout de même eu un deuxième ou troisième prix qui était un kit MAC Office édition spéciale. Le hic je n’ai pas de MAC. Donc, du haut de mon 2.0, j’ai mis ça sur les PAC. Dans le temps de le dire, j’ai vendu mon prix. Avec l’argent en poche, je suis allée à ma quincaillerie afin d’acheter l'objet tant convoité. Nous étions en fin de saison, au mois de septembre. Il n’y avait plus beaucoup de choix, mais assez pour que je choisisse un modèle en démonstration à mon goût. Je l’ai acheté.

Le gentil commis m'a demandé s'il devait démonter mon BBQ pour le mettre dans ma voiture. Je lui ai répondu que non, que ça allait aller comme ça. Il m'a regardé, a regardé mon fiston dans la poussette et a regardé ma cousine qui m'accompagnait. Il m'a alors demandé comment j'allais faire rentrer le tout dans ma voiture. "Pas de voiture", que je lui dis, "on est à pied!". Bon, ce n'est qu’une quinzaine de minutes entre chez moi et le quincailler. En sortant du magasin, il faut traverser un boulevard, ensuite un stationnement, ensuite un centre d’achat et ensuite on tombe dans les ruelles jusqu’à ma rue et ma maison. Je vous encourage à imaginer la scène, une fille avec une poussette suivie d’une autre fille qui roule son BBQ en pleine rue...

Tout allait bien, mis à part du bruit que le BBQ faisait. Les roues ne sont pas vraiment pensées pour faire ce genre de voyage et les grilles dans le BBQ sautillaient dans une cacophonie métallique. Mon fils regardait le bidule que je poussais avec grande appréhension. Puis l’inévitable est arrivé, une des roues s'est disloquée en pleine rue. Pas possible de retrouver la petite pinouche qui retenait la roue au reste du BBQ. Fiston commençait à avoir faim en plus. Bon, vive les cellulaires! J'ai donné mes clefs à ma cousine pour qu’elle puisse aller nourrir mon garçon et moi j’ai appelé un taxi.

- Oui, bonjour, c’est pour un taxi, oh ça va me prendre une caravane parce que j’ai un BBQ avec moi et il est monté. Je suis au coin de Sicotte et Durand... Oui, oui au milieu de la rue.

Finalement, arrivée à la maison, j'ai téléphoné à Superpapa pour que, le soir venu il achète une bombonne de propane et que l’on se fasse des hamburgers. Superpapa n’a pas trouvé de bonbonne, malgré les quatre endroits qu’il a visités. En fin de saison comme ça, ce n’est plus disponible. Nous avons rangé gentiment, mais tristement notre nouveau BBQ à la patte cassée dans le cabanon pour l’automne et l’hiver.

Ce printemps, nous avons acheté notre bonbonne et nous avons remis la roue. Nous l’utilisons presque tous les soirs. Steak, brochettes, poulet aux épices, porc à la moutarde, saumon et saucisses de Toulouse. J’aime cette viande qui ne cuit pas dans son gras. Nous faisons aussi nos légumes sur le BBQ et je ne sais pas pourquoi, mais très souvent une petite salade verte accompagne notre repas. J’ai rarement aussi bien mangé. Santé et bon au goût. On ne se fait plus de pâtes en accompagnement ou de riz blanc. Pourquoi cuisiner dans la maison quand tout se fait sur le BBQ au soleil et à l’air frais ? On mange plus de légumes et on prend le temps de choisir des belles viandes. Bien sûr nous faisons aussi des burgers et des hot-dogs, mais c’est rare. Pourquoi se limiter à ces deux classiques quand on peut découvrir toutes les possibilités que nous offre notre BBQ à l’histoire un peu particulière ?

Qui a dit que bien manger, c'était plate? Ah tiens c’était moi ! Bon, ben je me rétracte! Bien manger, c’est plein de saveurs et de couleurs.

Crédits photo: Licence CC joshbousel
Lire la suite...

Comment manger dans l'harmonie?

Publié par Julie le mercredi, août 25, 2010 14 bouteilles à la mer...
Julie revient du travail après soixante bonnes minutes de trafic. PapaZen termine sa dernière journée de vacances avant de reprendre le boulot. Il s'est occupé du ménage et des enfants. Ça sent bon le barbecue.

Julie ouvrant la porte, aux prises avec un mal de tête insistant, rêvant de s'effondrer sous le divan et de ne rien faire jusqu'au lendemain, mais s'efforçant de démontrer un peu d'enthousiasme - Salut!

GrandeSoeur, arborant son sourire troué à la suite des nombreuses visites de la fée des dents - Maman!

PetiteSoeur, sautant d'un pied à l'autre - Maman!

Frérot, ayant visiblement oublié que les quelques heures de garderie ce matin, franchement ça ne lui plaisait pas du tout - Maman!

PapaZen, frais et dispo - Et puis, ta deuxième journée?

Julie - Toujours plaisant de revoir les collègues. Je te raconterai les détails pendant le repas.

PapaZen, satisfait - Justement, c'est prêt.

Julie, contente - Super! J'ai vraiment faim et ça m'évitera de tomber dans le sac de crottes au fromage...

Frérot, ne manquant pas une occasion de parler de bouffe - Omagche?

Julie et PapaZen procèdent au service pendant que la marmaille demeure attentive aux moindres gestes de Cornemuse.

Julie, bravant son mal de tête et s'écriant pour couvrir les voix de Rafi et Bagou - Les filles, c'est prêt! Frérot, aussi!

Frérot, accourant du mieux qu'il peut et grimpant dans sa chaise - Ci pê!

GrandeSoeur, curieuse - Qu'est-ce qu'on mange?

PapaZen - Du barbecue.

GrandeSoeur - Mon assiette, c'est celle-ci?

Julie, s'adressant à GrandeSoeur - Oui. (puis à Frérot occupé à engloutir son riz avec ses doigts) Doucement, mon minou... (puis à PapaZen) Faut que je te raconte. J est revenue des îles Galápagos... (puis à PetiteSoeur) PetiteSoeur! C'est prêt!

PetiteSoeur, déçue - Mais mon émission n'est pas finie... Qu'est-ce qu'on mange?

PapaZen, faisant le perroquet - Du barbecue.

Julie - Justement, tu as quelques minutes avant le début de TocTocToc...

Frérot, fan fini de l'émission - Totototoche!

PapaZen, intéressé par la conversation entamée- Wow! Les îles Galápagos!! Ça doit être très dépaysant!

Julie - Elle était encore sous le charme...

PetiteSoeur - Elle est où ma fourchette?

Julie, d'une traite - Je n'ai pas eu le temps de les mettre encore... j'étais occupée à préparer vos trois assiettes... et à vous rappeler que c'était l'heure de manger... deux fois... Quand je vous appelle, vous pourriez prendre vos petits pieds et vous en venir prendre votre petite place. Ensuite, prendre vos petites mains et ouvrir le petit tiroir pour prendre votre petite fourchette! C'est une bonne petite idée, hein?

Comme c'était à prévoir, PetiteSoeur se lève et ne ramène qu'une petite fourchette, pour elle.

Julie, se levant pour chercher le reste des couverts et éteignant les Amateurs de sports qui tentent de s'immiscer dans notre conversation déjà trop décousue - Ça a l'air que les tortues géantes sont là, juste à côté de toi!

GrandeSoeur - Est-ce que je peux avoir un verre de lait, svp?

Frérot - Du nait!

PapaZen, se levant pour servir les boissons - Elles n'ont pas peur les tortues?

PetiteSoeur, terminant son verre d'une traite - Encore svp.

Julie, s'adressant à PetiteSoeur - Mange un peu avant, ma puce, sinon tu n'auras plus de place dans ton bedon. (puis à PapaZen) Elle dit que non. Que pour les animaux là-bas, que les humains ne sont que des animaux de plus. Ils se côtoient dans le respect...

GrandeSoeur - Maman, je ne sais pas ce que j'ai, j'ai vraiment mal à la tête.

PapaZen, lui tapotant le bras - Normal, Grande. Tu es peut-être un peu fébrile parce que tu recommenceras l'école bientôt.

Julie, poursuivant - Elle dit qu'elle a même vu un pélican, juste à côté de la banque. Et que personne n'en a fait de cas. C'est comme ça. C'est tout.

PetiteSoeur, cherchant toujours la défaite - Maman, je ne sais pas ce que j'ai, mais ça me pique sur la langue...

Julie - Ma belle, il faut le dire juste quand c'est vrai. D'accord pour les kiwis. D'accord pour les ananas. Mais si tu nous le dis tous les jours, bien on ne te croira pas la journée où ce sera vrai de vrai, d'accord?

PapaZen, reprenant - C'est fascinant quand même toute cette théorie de Darwin... On doit se sentir privilégié de se trouver les deux pieds à un tel endroit! (puis faisant les gros yeux en se tournant vers PetiteSoeur qui halète) Qu'est-ce que tu fais?

PetiteSoeur, surprise par une question aussi bêbête - Bien je fais du vent dans ma bouche, c'est trop chaud. J'attends que ça refroidisse.... (puis théâtrale) Je ne pourrai plus jamais manger de riz... Ça pique trop.

Julie, levant les yeux au ciel - J'en serais très étonnée, Petite. (puis s'adressant à PapaZen) C'est bon ton souper, mon chum. Merci!

GrandeSoeur - Bien moi, je ne mangerai pas les asperges...

Julie, tentant d'être banale - C'est normal. C'est un aliment pour les grands. Je me demandais si tu étais prête puisque tu vas rentrer en première année... Pourtant, Frérot les a mangées lui...

Frérot, tout barbouillé - Ci bon!

Le thème générique de TocTocToc se fait entendre, au grand désespoir des 3 enfants.
  • Frérot s'arrête brusquement. Il tente de descendre de sa chaise en s'exclamant d'un joyeux "Totototoche!"...
  • PetiteSoeur arbore sa mine la plus déconfite pour nous faire sentir coupable de lui faire manquer son émission et de lui faire subir ce qui pourrait être la prémisse d'un intolérance alimentaire au riz...
  • GrandeSoeur termine docilement son dernier grand de riz et demande à sortir de table...

C'est tout juste à ce moment, pour souffler un peu, que j'ai le goût d'abandonner la bataille. Juste pour pouvoir enchaîner deux phrases sans me faire interrompre. Juste pour avoir le temps de demander à PapaZen ce qu'il a fait de sa dernière journée de vacances. Juste pour laisser une chance à mon mal de tête de partir vers un autre monde...
  • Je laisserais partir Frérot essuyer ses doigts plein de ketchup sur les coussins du salon...
  • Je laisserais PetiteSoeur survivre de son repas composé d'un verre de lait...
  • Je permettrais à GrandeSoeur de sortir de table sans ramasser sa vaisselle... et sans la féliciter d'avoir pris une bouchée d'asperge...

TocTocToc: 1
Julie et son mal de tête : 0

Crédits photo: Licence CC bhamsandwich
Lire la suite...

Comment je me suis rendue compte que mon poupon est devenu un bébé...‏

Publié par Evely le mardi, août 24, 2010 9 bouteilles à la mer...
Hier nous avons reconduit P’tit Clown à sa nouvelle garderie. Nous avons subtilement quitté alors qu’il s’amusait. Nous sommes revenus 45 minutes plus tard: ce n'était qu’une introduction à son nouveau milieu.

Superpapa et moi étions dehors quand nous avons entendu les cris de désespoir de notre fils. Nous avons accouru. Je l’ai pris dans mes bras alors que tout son petit corps sanglotait encore. L’éducatrice nous a expliqué que tout allait bien jusqu'à ce que la maman d'un autre enfant arrive et que l’enfant en question a crié « Maaaaammmaaannnnnnn! ».

C'était suffisant pour que mon P’tit Clown se retourne vers sa droite, puis vers sa gauche pour finalement réaliser que je n’étais pas là et que Superpapa non plus. C’est là que le déluge se mit à tomber de ses jolis yeux.

Pendant que l’éducatrice nous racontait tout ça, P’tit Clown s’accrochait à moi comme si sa vie en dépendait. Son corps faisait des petits spasmes alors qu’il se calmait doucement dans mon parfum. J’avais le goût de me mettre à pleurer autant que lui. Je le cajolais et ce n’est que lorsqu’on est parti qu’il a vraiment commencé à se calmer. Dans la voiture, il s’est endormi tellement il était sous le coup de l’émotion.

Superpapa et moi étions tout ébranlés. Nous qui avions cru qu’il ferait des singeries à notre arrivée, comme il aime tant le faire lorsqu'il se retrouve devant un public. Nous pensions qu’il jouerait avec les autos en faisant des «vroum vroum» ou encore qu’il dessinerait en effleurant à peine le crayon sur le papier. Jamais il ne nous était arrivé de le voir dans un tel état. Je ne doute aucunement que c’est une bonne garderie et je crois qu’il y sera bien, mais en attendant je suis complètement à l’envers.

Puis je me dis qu’on retrouve un apaisement fabuleux dans les bras des gens que l’on aime. Un truc qui calme et nous redonne confiance. Un truc qui nous protège et nous garde au chaud. Je connais bien ce lieu de sureté, de compassion et d’amour que sont les bras. Je me suis souvent logée dans ceux de Superpapa pour y pleurer mes maux. J’ai emprunté ceux de mes copines à différents moment alors que tout n’allait sur des roulettes dans ma vie. J’ai offert les miens encore et encore à tous amis qui n’arrivaient pas à sourire. Je suis une personne qui aime la chaleur des gens et j’aime me perdre dans le toucher de l’autre. La présence d’un ami, la sympathie d’un pote et l’étreinte de bienveillance d'un copain.

Alors que nous sommes arrivés à la maison P’tit Clown dormait encore dans la voiture. Superpapa l’a doucement pris. Les sanglots sont revenus, des pleurs de fatigue et de peur. Nous l’avons bercé et, pendant toute la soirée, il s'est accroché à mes jupes pour être certain que je ne le laisse pas tout seul. Nous avons fait le rituel du bain avec maman qui fait des splish splash et celui du dernier biberon dans les bras de papa pour qu’il sente qu’il est bien chez lui et que tout va bien.

La routine nous rappelle que, même si les choses bougent autour de nous, il y en a qui ne changent pas, que l’on contrôle et auxquelles on peut se rattacher. C’est tout de même drôle de voir que, même à un si jeune âge, la routine a un effet calmant et sécuritaire. Avec mes tendances « Monsieur Net », je trouve un grand réconfort dans la routine. Je suis la première à vouloir déroger de la routine, mais c’est toujours pour mieux y revenir ou du moins je suis capable de la délaisser quand je sais qu’elle est bien établie et qu’à quelques modifications près nous pouvons y revenir et nous y sentir chez soi. J'aime savoir quelle sera là quand je deviens brouillonne.

Aujourd’hui, P’tit Clown a repris du mieux. Ce matin, il me faisait des blagues en déjeunant. Moi, j’ai encore le cœur chaviré. Superpapa et moi sommes prêts à offrir nos bras quand notre P’tit Clown en aura besoin et à lui offrir la constance pour l'aider à faire face à tous ces changements qui s’opèrent en lui et qui le font grandir encore plus rapidement que je ne pouvais l’imaginer. Il n'est plus un poupon, c'est un bébé qui se rend bien compte de tout ce qui se passe autour de lui et qui affirme, qui il est et ce qu'il ressent.

Crédits photo: Licence CC Kevin H.
Lire la suite...

Quand dimanche rime avec potinage

Publié par Julie le dimanche, août 22, 2010 8 bouteilles à la mer...
Ça y est! L'été tire à sa fin.

On a finalement décidé de biffer quelques rendez-vous prévus au calendrier cette semaine pour se payer quelques derniers jours d'évasion en famille. Je suis plutôt heureuse de cette résolution!!!

Question de rester dans l'ambiance estivale, je vous invite à découvrir à quel point plusieurs blogueuses sont restées calmes sous le ciel bleu.

Tout le monde en parle...

===

M en a profité au maximum
L'air salin dans les cheveux, je reviens à la maison!

Maman 3.0 décroche avant de faire le saut
Je suis toujours en vie

C'est au tour de Mélissa de reprendre le boulot après son congé de maternité
L'air zen

Florence-Élyse, franchement, exagère sur la maison d'été! (Je salive! Parcourez aussi les autres billets qui contiennent de superbes photos)
La fameuse Caroline!

Germaine professionnelle résume son été de manière courte et touchante
Nos dernières semaines en images...

Béka nous en met plein la vue
3 semaines sur la route du Québec

Tchoubi a immortalisé de beaux souvenirs
Plaisirs d'été

Viviane raconte son voyage au Pérou et partage 10 plaisirs estivaux tout simples
Simplicité extrême
Dix petits plaisirs d'été dont il ne faut pas se priver

Diane a une névrose en moins
Tout ce que Diane a acheté en vacances

Mélanye est davantage maman
En mode vacances

Sophie se garde du temps pour les petites choses
Je suis ici et partout à la fois!

L'ensaignant a la tête pleine
Insomnie



===

Profitez bien des derniers jours de l'été!

Crédits photo: Licence CC Josh Liba
Lire la suite...

Vendredi merci : merci été 2010!

Publié par Anik le vendredi, août 20, 2010 3 bouteilles à la mer...
Ce vendredi est mon dernier vendredi de congé... Lundi, je serai de retour sur les bancs d'école, au préscolaire... Ma première rentrée scolaire depuis 2005, ça fait un bail.


Enfin, se termine l'été 2010, un été bien particulier. Ma saison préférée a été riche en émotions, en changements, en questionnements... Mais j'en garderai toujours un souvenir particulier, grâce à ces événements envers lesquels j'éprouve de la gratitude :
  • la garde partagée, mise en pratique réelle, qui se déroule très bien; les filles ne semblent pas en ressentir d'effets négatifs...
  • une superbe température (je le sais, c'est quétaine, mais bon Dieu, c'était un été comme je l'aime!)
  • la chance de commencer à enseigner au collégial, une expérience inoubliable...
  • un séjour de camping exceptionnel (oui Edith, je te le dis!!!)...
  • du temps pour moi à profusion, et la découverte de l'art de ne rien faire à sa plus simple expression (j'ai appris à décrocher de façon sublime)...
  • des amis qui ont été à l'écoute, comme toujours, et dont la présence a été appréciée...
  • mes pages du matin, et tout ce que j'ai pu écrire cet été...
  • et des moments magiques passés en bonne compagnie (je n'en dit pas plus, héhé!)...
Sur ce, j'espère aussi que votre été 2010 vous aura apporté maintes occasions d'avoir de la gratitude pour la vie, pour cette belle vie que nous vivons...
Lire la suite...

La rentrée, un renouveau

Publié par Evely le jeudi, août 19, 2010 2 bouteilles à la mer...
Ça se sent à plein nez. C’est dans l’air comme un parfum qui chatouille les narines. Soit on se bouche le nez, soit on inspire profondément. Ça y est, c’est la rentrée. Dans mon cas, c’est le retour au bureau après trois semaines intensives de vacances plus que méritées. Je pétille de nouvelles résolutions comme au Nouvel An (sinon plus!). Je trouve que l’automne est le temps idéal pour se refaire une routine. Manger mieux, faire davantage de sport, se coucher plus tôt et profiter encore plus des moments avec Superpapa et P’tit Clown. Je veux aussi prendre de temps pour moi. Juste pour moi, mais du temps constructif. Genre faire de la peinture, faire de la photo ou développer un projet X et le voir grandir et évoluer. J’ai l’impression que je répète ces mêmes voeux chaque année, mais qu’importe! Pour moi, la rentrée, c’est un renouveau et j’aime ça.

Cette année, bien que P’tit Clown n’ait que 18 mois, il vivra aussi une rentrée. Il changera de garderie. C’est un moment difficile, car il aime sa garderie et nous aussi. Mais pour plusieurs raisons, nous avons fait ce choix en espérant que ce sera pour le mieux. Je sais que ce sera difficile: un nouveau milieu, des amis qu’il ne connaît pas encore et des nouveaux éducateurs qui ne fonctionnent pas tout à fait comme ceux qu’il a en ce moment. Mais n’est-ce pas exactement ça la rentrée? N’avons-nous pas tous eu hâte en tant qu’enfant de voir ce qui serait nouveau à l’école ? Tous ces changements nous plaisaient. Qui allaient être nos nouveaux amis? Quel genre de professeur allions-nous avoir? Quelle classe? Quels allaient être les nouveaux cours en plus des classiques français et mathématique?

J’aime l’automne pour toute la nouveauté qui vient avec, mais aussi pour le délaissement des vieilles (et des fois mauvaises) habitudes que l’on a. Alors que les feuilles rougissent, puis jaunissent sur les arbres, j’ai l’impression que la nature donne le coup d’envoi pour perdre les habitudes qui ne nous conviennent plus. On enterre sous les montagnes de feuilles mortes les faux pas ou les routines dans lesquelles on ne se reconnaît plus. La saison semble aller lentement et tranquillement pour nous donner le temps de faire notre deuil et de faire place au renouveau. L’air plus frais se fait sentir pour que l’on prenne bien conscience de nos besoins et de qui l’on est. L’automne est la saison où les excès se font délaisser pour vivre plus simplement sans artifices.

Bon vous l’aurez bien compris, malgré que je sois une bibitte à chaleur et à soleil, j’adore l’automne. Surtout après un bel été chaud comme celui qu’on a connu cette année. Ce n’est pas seulement parce que je suis née en automne, mais c’est que j’aime ce moment coloré. J’aime les randonnées dans les sentiers quand on entend les feuilles craquer sous nos pas. J’aime mettre une petite laine, mais encore pouvoir passer la journée en chemisier et en jupette. J’aime sentir l’air plein de parfums frais de la nature qui se dénude doucement. J’aime les couleurs qui ne finissent plus d’apparaître dans chaque recoin de l’horizon. Finalement, j’aime prendre un mokaccino chaud avec le bout du nez froid. J'aime reprendre goût aux pâtés au poulet maison faits avec les légumes du marché et aux moules qui sont meilleures dans les mois finissant en « bre ».

Pour moi, c’est ça la définition de la rentrée. Bien sûr il nous reste encore plusieurs beaux jours d’été à mettre des petites camisoles et des robes soleils. Je compte bien en profiter pleinement. Quand on parle de la rentrée, je deviens toute fébrile à l’idée que l’automne s’approche lascivement de nos portes. Vous me direz que je changerai peut-être d’idée quand P’tit Clown commencera l’école. Probablement, que je vais courir un peu plus, mais pour une magasineuse comme moi, ce sera une bonne excuse pour flâner dans les centres commerciaux et courir les spéciaux de la saison pour trouver tout ce qui est sur la liste de matériel d'école.

Crédits photo: Licence CC Insight imaging: John A Ryan Photography
Lire la suite...

Comment terminer l'été dans la bonne humeur?

Publié par Julie le mercredi, août 18, 2010 4 bouteilles à la mer...
J'ai des papillons dans le ventre et le vertige. La rentrée s'en vient, la fin des vacances approche, le tourbillon de la conciliation famille-travail s'annonce et, par dessus tout, un vent de changement s'élève.

Même si le calendrier de la semaine ne nous permet pas de s'évader, je tente de profiter au maximum des dernières journées en famille. Faire un dernier plein de nature et de grand air aurait permis de remplir à ras bord notre réserve de bons souvenirs.

Qu'à cela ne tienne, les enfants pètent le feu et s'amusent bien. Frérot vit plutôt bien son entrée en garderie. GrandeSoeur crée oeuvre d'art par dessus oeuvre d'art (lire elle se surpasse et il y en a littéralement partout). Et PetiteSoeur arrive à ponctuer ses phases de "Mais moi je ne sais plus quoi faire..." de grands éclats de rire.

M'enfin, il n'y a pas juste elle qui pouffe de rire. Nous aussi! Voici un de ses derniers lapsus, tel qu'entendu au jeu d'eau.

PetiteSoeur courant sous les jets d'eau, la langue sortie pour témoigner de son bonheur - Papa?

PapaZen, ne se doutant pas de la perle qui va suivre - Oui, mon zucchini chéri!

PetiteSoeur écrasant le jet sous sa gougoune et regardant fixement ses doigts - Le plus grand doigt... je ne me souviens plus... est-ce qu'il s'appelle le "nageur"?

PapaZen, se disant qu'elle a toute la vie pour apprendre - Oui, c'est ça ma belle!

Avouez, vous n'auriez pas fait pareil?

Crédits photo: Licence CC Peyri
Lire la suite...

Quand dimanche rime avec potinage

Publié par Julie le dimanche, août 15, 2010 3 bouteilles à la mer...
Les filles, je vous avoue que vous êtes de plus en plus difficiles à impressionner.---

Souvent, quand je trouve un bon billet, vous y êtes déjà passées aussi! ---

Mais je n'abandonne pas. J'ai plus d'un tour dans mon sac. J'ai mis au point une méthode très sophistiquée pour faire des découvertes prometteuses. Je vous dis ça comme ça, mais vous risquez d'être vraiment impressionnées :-D ---

Tout le monde en parle...

Maman 3.0 se surpasse
Cabanon, l'enquête

Grande Dame a su reconnaître l'urgence (il y a de ces événements...)
Une photo

Nancy sait bien prendre soin de son petit body de déesse (Anik, cette recette est pour toi)
Coucou!!

Valérie et sa famille (tout comme chez nous!) sont passionnés de l'émission Les chefs!
Notre émission familiale de l'été
Les chefs, la suite

Inout trouve que les bilans de journées ne sont pas toujours glorieux
#46

Florence-Élyse a eu la frousse de sa vie
Requiem de maman

Force, beauté et instinct pour Hop Mama
Réflexion de fin de grossesse...

Y a pas à dire, les vacances, chez Daniel, c'est reposant
Pluie, pluie, jolie pluie (air connu)

Nous sommes avec toi Mamanbooh
Période de dégel

Ça déborde des 168 chez Peccadilles (attention, La Belle, la lecture de ce billet risque de te coûter un livre)
168, j'y reviens et j'y songe

===

Bon dimanche!
Lire la suite...

Samedi... de cuisiner!

Publié par Julie le samedi, août 14, 2010 3 bouteilles à la mer...
J'adore cuisiner. J'aime recevoir des amis autour d'un bon repas. J'aime essayer des trucs différents. J'aime fouiller dans les livres de recettes. J'en ai plusieurs et j'en emprunte chaque fois que je vais à la bibliothèque. Je suis aussi une fan finie du blogue de Nancy.

J'aime aussi cuisiner avec les enfants. On regarde les images, on choisit ce qui nous plaît et on se met au boulot. Mes filles sont devenues des expertes pour mélanger les aliments. Elles se concentrent, posent des questions et, ma foi, font très peu de dégâts! Lorsqu'elles s'ennuient ou qu'elles me servent la longue litanie du "je ne sais pas quoi faire", la suggestion "est-ce qu'on fait une petite recette ensemble?" est accueillie par des cris enthousiastes.

©Le choix du chef PetiteSoeur: Pouding au chocolat, variante vanille et dulce de leche!

J'aime faire de nouveaux essais. J'aime collectionner ceux qui sont particulièrement réussis (il faudrait que je vous parle de mon cartable-perso-qui-frise-le-zèle un de ces jours). J'aime partir à la recherche de nouvelles trouvailles... ce que je vais de manière presque frénétique à chaque rentrée scolaire pour éviter le piège "boîtes à lunch monotones" et "pfft, allons donc au McDo ce soir".

©La présentation suggérée par le chef : les moules en "petits pieds du bonheur"!

Depuis quelques temps, les enfants et moi avons jeté notre dévolu sur les desserts suggérés par la nutritionniste Geneviève O'Gleman dans son livre Boîtes à lunch santé. Que ce soit pour le tapioca aux fraises, le yogourt à boire, l'étagé aux poires ou les pouding au chocolat, nous avons eu chaque fois beaucoup de de plaisir à cuisiner... et à déguster!


© Le chef goûte à son chef d'oeuvre

© Le test de goût, selon Frérot

Je vous avoue aussi que de faire le plein de nouvelles idées rapides et santé pour les desserts au bureau ou à l'école m'a apporté une bonne dose de réconfort. La compulsive que je suis est enfin rassasiée!
Lire la suite...

Vendredi merci : merci lecture !

Publié par Anik le vendredi, août 13, 2010 3 bouteilles à la mer...
En guise de vendredi merci, j'avais envie cette semaine de vous parler d'un livre que mon amie Martine m'a fait découvrir... L'éveil de votre puissance intérieure, d'Anthony Robbins.

Vous l'avez sûrement remarqué, je suis amatrice de livres de croissance personnelle. Ce n'est pas pour rien que j'ai choisi de publier mon livre aux Éditions Un monde différent, qui se spécialise dans ce créneau. Or, de temps à autres, ça me fait un grand bien de lire des livres de ce style, question de me fouetter un peu.

Ce livre, un véritable brique de 566 pages, me semble très différent des autres. En fait, il est plus centré sur des stratégies et des outils concrets, il me semble, que les autres. Le but du livre : réaliser des changements durables et s'améliorer constamment. Or, je ne suis pas encore assez loin dans le livre, mais l'auteur soutient que « tous les changements se produisent instantanément ».

Selon lui, « si nous comprenions vraiment le fonctionnement du cerveau, nous pourrions stopper le processus interminable qui nous pousse à analyser le pourquoi des choses et, si nous pouvions simplement changer nos associations avec la douleur et le plaisir, nous pourrions tout aussi aisément modifier le conditionnement de notre système nerveux et prendre immédiatement notre vie en main. Comment se fait-il que la plupart des gens pensent qu'il faut beaucoup de temps pour changer ? L'une des raisons, provient de ce que la plupart des gens ont déjà essayé de changer par la seule force de leur volonté et ont échoué. En conséquence, ils présument que les changements importants doivent prendre beaucoup de temps et sont très difficiles à effectuer. En fait, le changement est difficile uniquement parce que la plupart d'entre nous ne savent pas comment changer ! Nous ne possédons pas de stratégie efficace. La volonté à elle seule ne suffit pas quand on veut obtenir un changement durable.»

Je vous avoue, ces lignes, parmi les dernières que je viens de lire, me mettent en appétit! Wow! Et si je trouvais dans ce livre de quoi m'aider à effectuer les changements que je souhaite chez moi. Déjà, les concepts de prise de décisions et de croyances/convictions ont été abordés. Julie, il faut que tu lises ce livre pour t'aider à te décider... En tout cas, je vous reviendrai sur mes découvertes!

Chose certaine, merci Martine de m'avoir parlé de ce livre... Moi qui  t'avais suggéré Le principe du 80 / 20 : faire plus avec moins, de Richard Koch, voilà que tu me rends la monnaie de ma pièce en me proposant un livre qui me parle beaucoup, à ce moment de ma vie...

Et vous, quels sont les livres qu'ont vous a recommandés et qui vous ont particulièrement plu ? Quels sont ceux que vous nous recommandez pour grandir ou se divertir ?
Lire la suite...

Comment se trouver du temps pour des projets créatifs?

Publié par Julie le jeudi, août 12, 2010 8 bouteilles à la mer...
Je ne tiens plus en place. Ça me travaille. Il faut croire que ça vient par vague, car j'en ai déjà parlé il y a quelques semaines. Pourtant, j'en suis presque au même point. Je n'ai pas l'impression d'avoir beaucoup plus avancé. Je sens toute une énergie qui monte en moi.

Cet après-midi, je me suis inspirée de la confession estivale de M. Pendant la sieste de Frérot, j'ai paressé sur la chaise longue. Autour de moi, ma vieille boîte de crayons de couleur, un cahier de croquis et le livre "Le nouveau journal créatif". Et il y avait aussi PetiteSoeur qui y allait de bon coeur avec son livre à colorier. Quatre-vingt-dix minutes de tranquillité bien méritée.

Pour la fête des Mères, j'avais posé un tas de questions à M
. J'étais curieuse de savoir comment elle réussissait à laisser de la place à ses projets créatifs à travers le tourbillon du quotidien. Je m'étais promis de vous partager ses réponses inspirantes pendant l'été, saison synonyme de m(è)r(e) calme et d'oisiveté. J'ai trouvé le préambule idéal cet après-midi. Que la vie est bien faite!

===

Julie, enthousiaste - M, j'ai assisté à ta retraite créative de juin dernier Quand j'en suis sortie, j'étais gonflée à bloc et je voulais prendre toute une série de résolutions... (puis honteuse) Ce n'est qu'aujourd'hui - deux mois plus tard! - que j'ai enfin pris le temps de m'y remettre. Et encore... j'ai égaré le cahier que j'avais entamé avec toi...

M, curieuse - Et comment ça a été?

Julie, contente - Vraiment bien! Je me demande pourquoi je ne l'ai pas fait plus tôt! La créativité prend beaucoup de place dans ta vie. Quel est ton secret pour intégrer la créativité à tes habitudes quotidiennes?

M, souriante - J’ai remarqué que même lorsque je ne tiens plus debout à la fin de la journée, si je prends du temps pour coudre (pas des bords de pantalons ou des boutons!) quelque chose que j’aime (un sac?), pour écrire, pour dessiner ou travailler sur mon blogue, j’en ressors toujours énergisée.

Julie, enviant son courage - C'est vrai?

M, acquiesçant - Aussi, quand les nuits sont bonnes et que je me sens en forme, je me lève avant tout le monde (ça n’arrive que trop rarement depuis que j’ai trois enfants!). Je prends le temps de faire quelque chose que j’aime, dans le silence de ma maisonnée encore endormie. Quelle merveilleuse façon de commencer sa journée! Ça donne de l’énergie à la tonne!

Julie, pensant que ses planchers qui craquent lui font une mauvaise jambe pour braver les aurores en catimini - Hum... je l'ai fait quelques fois et c'est vrai que c'est grisant...

M, se remémorant sans doute de mésaventures nocturnes - Mais je sais que c’est loin d’être évident quand tu te lèves une, deux, trois fois par nuit... Je comprends ça à 200%! Le meilleur conseil que je pourrais donner, c’est de créer dès qu’on a deux minutes. Avec les enfants autour qui jouent ou en solo lorsqu’ils dorment. Et de ne pas se mettre de pression pour en faire plus, plus, plus. On prend ce qui passe et on savoure!

Julie - On savoure... Justement, quels avantages retires-tu à prendre le temps de coudre, scrapbooker et bricoler?

M, convaincue - Ça fait travailler mon cerveau autrement! Au lieu de toujours penser, analyser. Ça me détend. J’ai toujours aimé être entourée de couleurs, tissus et images! Je ne pourrais pas vivre sans une dose de créativité, quelle qu’elle soit!

Julie - Il y a quelques mois, tu disais être à la recherche d’une idée originale pour concilier tes projets professionnels et le temps que tu souhaites accorder à ta famille. Es-tu sur une bonne piste?

M, positive - Oui. Depuis que j’ai pris la ferme décision de travailler de la maison et de ne plus empiéter sur le temps avec mes enfants, j’ai trouvé la meilleure recette pour moi. C’est par le biais de retraites créatives d’une journée en petits groupes que je débute mon aventure. Par la suite, j’offrirai des ateliers par l’entremise d’un blogue que les gens pourront suivre dans le confort de leur foyer et ce, partout à travers le monde. C’est ce que je vais faire d’ici le temps où ma petite dernière entrera à la maternelle, dans moins de quatre ans.

Julie, intéressée - Wow! Si tout va comme tu le souhaites, tu obtiendras le meilleur de tous les mondes!

M, se connaissant très bien - Par contre, je t'avouerai que je dois constamment me rappeler à l’ordre, car j’ai encore souvent tendance à vouloir aller plus vite et à en faire toujours plus. D’ailleurs, je viens de prendre la décision de ne plus ouvrir l’ordinateur (qui est dans la cuisine plus souvent qu’autrement) avant que les enfants soient couchés pour la sieste. J’apprends à délimiter mes périodes ‘’famille’’ et ‘’travail’’ (i.e. mes projets, mon blog, Twitter et cie). Pas toujours facile mais faisable. La notion d’équilibre oscille toujours d’un côté puis de l’autre. Ça fait partie de moi.

Julie - La gratitude semble prendre une grande place dans ta vie. Est-ce un réflexe naturel chez toi?

M, affirmative - Oui et ce, depuis toujours. Je suis persuadée que le bon attire le bon. Et c’est primordial pour moi d’avoir de la gratitude envers tout ce qu’il y a de bon dans ma vie. Mon lit douillet à la fin de la journée y compris. C’est dans cette veine que nous élevons nos enfants. Pour ne rien tenir pour acquis. Pour savourer pleinement ce que nous avons la chance d’avoir.

Julie, pensant (hélas!) aux nombreuses fois où elle se sent trop préoccupée - Comment arrives-tu à profiter du moment présent et de tes moments de maman?

M, spontanée - En gardant en tête que tous ces bons moments de la petite enfance de mes enfants passeront beaucoup trop vite. Bien sûr, il y en aura beaucoup d’autres bons moments. Mais je sais que tu comprends de quoi je parle ici : l’odeur d’un bébé, la douceur des joues d’un enfant au réveil de sa sieste, les petites voix, leur candeur. Tout ça fait en sorte que je suis totalement plongée dans cet univers sans retenue. Parce que ça goûte trop bon! J’en suis folle! Je me sens bien et complète lorsque mes enfants sont près de moi. Même si ça prend beaucoup d’énergie. Même si on doit répéter toujours les mêmes choses. Même si au lieu de préparer le souper, on a plutôt le goût de kidnapper son amoureux pour aller manger ailleurs, en tête-à-tête! Le fait d’avoir de jeunes enfants rend encore meilleurs les moments paisibles. Le silence dans la maison, lorsque les enfants sont couchés est meilleur justement parce que les enfants sont là! Le silence dans une maison vide, pour moi, c’est triste.

Julie, dont la question lui brûle les lèvres - Tu affirmes que ta vie est transformée depuis l’arrivée de tes enfants. Pourquoi en avoir eu trois? Où en es-tu pour ton projet d’un 4e bébé?

M, zen - Pourquoi trois? Pourquoi pas? Aucune idée. Nous ne sommes pas du genre à tout planifier mais plutôt à laisser venir l’impulsion. Si jamais nous avons le bonheur d’avoir un quatrième enfant, c’est parce que nous en aurons eu l’impulsion. Ce n’est pas le cas en ce moment, mais la porte n’est pas complètement fermée!

Julie, solennelle - M, jures-tu de dire toute la vérité pour clore cette entrevue?

M, sérieuse - Je le jure!

Julie, avocate du diable - Nos lectrices seront choquées par ce billet où tu affirmes être une mère parfaite. L’es-tu vraiment?

M, loin d'être prise au piège - Hey! Si vous lisez bien ce billet, vous réaliserez que je suis parfaitement imparfaite! Nous sommes toutes dans le même bateau, ne l’oublions pas! ;-)

Julie, cherchant le mini défaut de M - Malgré les trucs développés avec les années, t’arrive-t-il de "pogner les nerfs" ?

M, humble - Bien entendu! Surtout lorsque mes nuits sont écourtées trop souvent, le manque de sommeil m’enlève ma patience légendaire! Les enfants le savent et ne se gênent pas pour me le faire remarquer! ‘’Tiens, tu n’as pas bien dormi maman?’’ ‘’Grrrrmmmblblblbrrr’’

Julie, envahie par un puissant sentiment de déjà-vu - Es-tu madame Blancheville?

M, nette - Tout sauf ça. J’ai une madame Blancheville qui vit en moi et qui rêve d’une maison immaculée, impeccable, épurée. Mais j’ai aussi une voix plus forte en moi qui me dit la plupart du temps d’y aller à l’essentiel si je veux avoir le temps de faire autre chose.

Julie - Dans quel état se trouvent ta salle de jeux et ta cuisine si, imparfaite que je suis, je décide de te rendre visite à l’improviste?

M, avouant - Cuisine : évier rempli de chaudrons à laver, c’est inévitable. Comptoirs joyeusement bondés. Salle de jeux : mi-rangée, mi-parsemée de minijouets de toutes sortes, c’est inévitable.

Julie, souriant franchement - Bienvenue dans le club, alors! En rafale maintenant... Ce à quoi j’ai renoncé et qui ne me manque pas...

M
, n'hésitant pas une seconde - Le code vestimentaire du marché du travail. Basta!

Julie - Ce à quoi j’ai renoncé et qui me manque...

M - Le temps exclusif en amoureux après une journée de travail. Non mais, c’est une conspiration ou quoi? Essayer de se parler avec les enfants autour? Quasi impossible!

Julie - Mon plus grand choc lorsque je suis devenue maman...

M, grimaçant - À mon premier, j’ai réellement cru que j’étais confinée pour l’éternité dans le divan à allaiter. J’ai cru devenir folle. Et mes pauvres seins qui ne s’attendaient pas à être vampirisés de la sorte! Oulalala!

Julie, se remémorant douloureusement ses 3 épisodes de feuilles de chou à l'intérieur de ses très sexy soutiens-gorge d'allaitement - Ce que je n’ai jamais le temps de faire...

M, jubilant - Le ménage! Hourra!!

Julie - Je trouve toujours du temps pour...

M, formelle - Écrire et dessiner. Et coudre. Et prendre un bain chaud. Et relaxer avec mon chum, une bière ou un verre de vin à la main en préparant le souper.

Julie - Voilà qui termine sur une note joyeuse notre entretien. M, je te remercie pour le temps que tu m'as accordé. Et aussi pour toute l'énergie que tu dégages. Sincèrement, ça me fait du bien!

M - Tout le plaisir est pour moi!

===
Plus d'excuses!
À vos crayons, pastels et pinceaux!
À vos machines à coudre, ciseaux et fusils à colle chaude!

Crédits photo: Licence CC theodevil
Lire la suite...

La cigale et la fourmi

Publié par Evely le mercredi, août 11, 2010 6 bouteilles à la mer...

Il était une fois, une fourmi qui aimait préparer ses vacances. Par exemple, cet été elle souhaitait passer son congé dans le plus beau coin de pays, la ville de Québec... mais aussi quelques jours dans la presque aussi jolie ville de Montréal ;o). Elle alla donc visiter différents sites Internet et répertoria toutes les activités à l'horaire pendant ses trois semaines estivales. Elle en fit un livret en excluant tout ce qui ne plairait pas à sa famille.

La fourmi était réputée pour son organisation. Il y a quelques années, quand elle fit le tour du lac St-Jean avec Superpapa… - euh je veux dire avec la cigale et les potes français - elle avait conçu le même genre de livret. En plus, elle avait fait venir le guide touristique des bleuets. Le dimanche, elle aime faire une liste des repas de la semaine. Il y a aussi toujours un calendrier sur lequel elle gribouille les rendez-vous et invitations que la famille reçoit.

Parfois (parfois), elle est un peu excessive. Elle organise l’inorganisable. Ou encore, elle planifie beaucoup trop d'avance. Tout le monde lui dit de se calmer le pompon. Elle a même tendance à faire des sections dans son garde-manger et à avoir des départements dans sa garde-robe (qui est pourtant petite). La fourmi aime tellement l’ordre qu’elle en a fait son métier et elle avoue que quand la maison est à l’envers, elle n’arrive pas à avoir les idées claires. Elle admet qu’elle en fait un peu trop, mais bon elle n’aime pas se chercher et elle aime avoir l’impression que tout est propre.

La cigale ne voit pas les choses de la même manière. La cigale trouve que, pendant les vacances, la spontanéité est de mise. Quand elle était allée au lac St-Jean avec Evely - euh, je veux dire avec la fourmi et les potes français - elle avait pris le livret de la fourmi et l’avait lancé par la fenêtre. (La fourmi lui a fait la tête pendant une bonne heure). La cigale se lève aussi paresseusement pendant ses vacances et décide sur le moment quelles activités elle veut faire. Elle regarde tranquillement les nouvelles sur le baladeur numérique qui traine sur la table depuis des semaines. La cigale n’aime pas le cadre rigide de la planification. Elle préfère le moment présent. C’est d’ailleurs tout à son honneur, car elle arrive à décrocher pendant ses vacances, chose que la fourmi arrive moins bien à faire. La cigale sait en gros ce qu’elle veut faire pendant ses trois semaines, mais ne s’impose rien et si elle n’a pas le temps de tout faire, ce ne sera pas plus grave que ça.

Notre amie la fourmi a de la misère à voir les choses comme notre amie la cigale. Elle voudrait que chaque seconde de ces semaines soit utilisée à son maximum. La cigale ne comprend pas pourquoi la fourmi s’en impose autant. Elle serait plus heureuse à simplement en profiter. Après tout, les vacances sont synonymes de congé et de repos.

En fait, l’idéal se situe entre les deux. La fourmi propose les activités et la cigale décide sur le moment ce qui serait plaisant à faire. Cette cohabitation des deux styles a permis jusqu’à maintenant de belles vacances au fil des ans et ce, dans plusieurs régions du Québec, et même en Suisse où fourmillait la famille de notre fourmi!

Comme le dicton le dit, la pomme ne tombe jamais loin du pommier. La cigale depuis ce voyage comprend un peu mieux les penchants de la fourmi, mais n’en déroge pas moins de profiter du moment présent… elle a bien raison.

Crédits photo: Licence CC ~ Pil ~
Lire la suite...

Comment passer le temps ?

Publié par Anik le mardi, août 10, 2010 5 bouteilles à la mer...
Quel est le pire endroit qui existe ? (Ok, admettons, l'un des pires) Pensez-y trente secondes. Un endroit où tout le monde, ou presque, déteste être. Parce que c'est bondé de gens, parce qu'on y attend longuement, parce que c'est ouvert sur un horaire restreint...  Non, je ne parle pas de la Caisse populaire Desjardins (Martin, je pense à toi ici... ;-)... mais plutôt de toute clinique médicale sans rendez-vous qui se respecte.

Hier matin, je suis allée faire une expédition dans ce genre d'endroit.

7h10 - Mon réveil sonne. Je me lève, les deux yeux dans le même trou après avoir passé une nuit fort désagréable, puisqu'AngeCornue fait visiblement une otite et a chialé une bonne partie de la nuit (et des 3 nuits précédentes). Je prépare mon sac d'expédition : livres, casse-tête, petit carnet d'écriture et roman. Quatre barres tendres, des raisins et des céréales sèches. Quatre bouteilles de lait ou mocaccino glacé...

7h20 Je réveille les filles et les habille.

7h30 On part.

7h40 Arrivée dans le stationnement. Je suis contente, j'arrive 1h20 d'avance. Je serai sûrement la première dans la file. À 9h00, je verrai le médecin.

7h42 Je sors de l'ascenceur. Devant la porte de la clinique : 5 personnes !!! @%#@$*(!% Au moins une heure d'attente après 9h00... J'estime partir à 10h15 de ce lieu maléfique...

7h45 Le pique-nique assis par terre dans le couloir commence. J'écris mes pages du matin pendant que les filles mangent...

8h10 On fait des casse-tête et on prend presqeu toute la place dans l'étroit couloir. Les gens doivent parfois nous contourner pour passer... Mais on est de bonne humeur.

8h50 On peut entrer dans la salle d'attente... On prend 4 chaises pour nos fesses un peu dure de l'épreuve du plancher du couloir...

9h00 Les filles lisent le Sélection du Reader Digest ou les pamphlets sur l'herbe à poux. Fascinant.

9h30 La Bête en Dynamite est sur le point se faire surface. Je l'envoie dans le couloir pour faire de la course avec ma grande Philosophe. Elles crient un peu trop fort, je les rapatrie dans le local.

9h45 Dynamite se calme un peu et fait de l'écriture ou de la lecture...

10h10 Seuls 3 patients sont passés en 1h10... Ouf! Mon estimation est vraiment mauvaise.

10h15 La Bête fait surface... L'énergique Dynamite explose... Elle se met à imiter des monstres, des chats, des animaux féroces et à courir en cercle autour des chaises qui sont dans le milieu de la salle d'attente. Une scène digne de l'Exorcisme (j'exagère un peu)... Les petites dames qui sont là ont l'air de trouver ça touchant... Un monsieur est exaspéré... Ça fait 2h30 qu'on est là... Je la aisse faire un peu... Puis, je lui dit :  «Bon, t'as trop d'énergie, va courir dans le couloir !» Rires généralisés dans la salle. Une jeune fille dit à Dynamite : « Tu vas bien dormir tantôt! Ça doit pas être toi qui est malade, hein? »... Non, elle ne va pas bien dormir tantôt, elle est toujours sur une patte comme ça!!! J'aimerais pouvoir utiliser son énergie pour chauffer ma maison l'hiver, ce serait sûrement efficace !

10h30 Dynamite fait le second acte de son spectacle dans la salle... Je commence à me demander comment je vais la contenir... Elle imite maintenant les animaux en marchant bizarrement. Elle fraternise avec une synpathique jeune fille de 20 ans et lui grimpe dessus... Très sociable, cette jeune dame...

10h45 On nous appelle ! Alléluia! Je remercie les gens de la salle pour leur patience... Et je leur dit que leurs oreilles pourront enfin profiter d'un repos bien mérité. Rires généralisés, encore...

11h00 La médecin me demande un échantillon d'urine, parce qu'Angecornue s'est également plainte en faisant son numéro 1 à la toilette. Évidemment, AngeCornue me dit qu'elle n'a pas de pipi... On retourne à la maison.

11h15 AngeCornue fait un pipi à la maison. Retour à la clinique. Arrêt à la pharmacie. Ne passez pas Go. Ne réclâmez pas 200 $...

11h55 Retour à la maison...

Humeur générale de la petite famille : très bonne.
Bizarrement, voilà le genre de « sorties » qui me permet de mettre en pratique ma patience (avec succès, tout de même) et de passer du temps de qualité avec les filles, à faire des casse-tête et à lire... Bon, bien la journée a vite passé. Et j'ai pu faire une sieste de 2hrs en après-midi... Pas si mal!

Bonne journée!
Lire la suite...

Comment faire naître des étincelles dans les yeux des enfants?

Publié par Julie le lundi, août 09, 2010 5 bouteilles à la mer...
Après le Bingo pour la voiture, je vous présente aujourd'hui une autre fabuleuse activité qui a remporté un franc succès lors de nos escapades sur les grèves du fleuve St-Laurent.

© Le "caillou-chat"

En plus de procurer des minutes (voire des heures!) de contemplation et d'ébahissement auprès de vos enfants, vous serez charmées de savoir que ladite activité ne coûte qu'un ou deux dollars et qu'elle se transporte partout.

© Les fesses de PetiteSoeur, un classique estival

© GrandeSoeur, artiste à l'oeuvre

Son pouvoir relaxant est incontestable auprès des parents et elle arrive à motiver les enfants à mettre un pied devant l'autre lors des randonnées pédestres allant jusqu'à 8 kilomètres (testé deux fois!). En prime, elle se rapporte très bien à la maison et permet de se remémorer des souvenirs heureux.
© Parents G.O. au repos

Mais qu'est-ce donc? Il s'agit de la boîte aux trésors!

  • Vous fouillez vos armoires pour trouver une boîte qui ne vous sert plus (vous aurez le sentiment de faire une meilleure affaire si elle présente un aspect vachement démodé);
  • Vous présentez la fonction du contenant au moment d'entrer dans la voiture pour le long trajet (vous verrez déjà les yeux de vos minis s'illuminer);
  • Vous les laissez jeter leur dévolu sur les objets naturels qu'ils observent (permettez-vous de vous exclamer à l'occasion sur la beauté d'un caillou qui vous paraît tout à fait semblable aux 12 précédents);
  • Vous les invitez à faire le tri une fois de temps en temps (juste assez souvent pour que le couvercle de la boîte conserve sa fonction).

© Tous nos cailloux verts

© Les orteils de PetiteSoeur, second classique estival
(voir la gougoune de la bannière)


À vrai dire, nous n'avons noté que deux inconvénients à la réalisation de ce projet tout simple:
  • Les poches des enfants étant en permanence remplies de cailloux pour alimenter la fameuse boîte, vous remarquerez qu'ils sont invariablement plus lourds quand vient le temps de les mettre sur vos épaules.
  • À moins de ne choisir que des coquilles et des coquillages dénués de toute substance gluante appartenant à leurs anciens propriétaires, vous rapporterez également à la maison quelques odeurs dignes des fonds marins.
Mais qui a dit que le bonheur était parfait?


© Souvenirs de vacances odorants (dont la "belle pierre en coeur préférée")
trônant fièrement sur le pas de la porte à l'abri des intempéries

Crédits photo: © Julie
Lire la suite...

Quand dimanche rime avec potinage

Publié par Julie le dimanche, août 08, 2010 9 bouteilles à la mer...
J'ai beau chercher. Ce matin, je n'ai pas (trop) de questionnement(s) existentiel(s) pour vous :-D ---

Pourtant, il n'y a pas à dire, ça travaille bien fort dans ma petite tête en ce moment pour mes projets à venir et les décisions qui en découlent. J'ai confiance que se pointeront les indices qui me permettront de choisir. ---

En attendant, il paraît que...

M. signe un manifeste estival
Confessions estivales et projets colorés

La Belle passe à autre chose
Fin d'une étape - Début de plusieurs autres...

Catherine raconte 5 cauchemars effrayants
Camping: petits malheurs et grands bonheurs

Valérie est témoin d'étranges phénomènes...
Recette de grand-mère pour prévenir le mal de coeur en auto

Vous saviez que Béka avait épousé un homme riche?
Ambitions et perception

Nath a de ces envies
Les fantasmes d'une mère de famille nombreuse

Catellina pose une grande question
Vite ou lent?

Sara persévère dans son défi photo
365 photos en 365 jours - bis

Maman coach fait d'importants constats
Travailler pour travailler

La marâtre et son homme devraient mieux choisir leurs récompenses... tant qu'à faire vraiment plaisir
Petit caractère et marketing alimentaire

Pat décide (enfin, peut-être) de changer son approche
Prendre son temps

Maman à bord le sait, elle, quand c'est fini
Signes et symptômes

Bon dimanche!
Lire la suite...

Samedi... de relaxer!

Publié par Julie le samedi, août 07, 2010 4 bouteilles à la mer...
{ce moment} - Un rituel initié par Soule mama et suivi par des blogueuses telles que M comme maman et Val. Une seule photo - aucun mot - capturant un moment de la semaine. Un moment simple, spécial ou extraordinaire. Un moment à capturer pour le savourer et le garder dans nos souvenirs.

© Julie
La grosse vie sale
Lire la suite...

Vendredi merci : merci amis...

Publié par Anik le vendredi, août 06, 2010 4 bouteilles à la mer...
Ce matin, je veux dire un merci spécial à mon amie Martine.
Martine est vraiment une amie exceptionnelle. J'ai vraiment de la chance de l'avoir sur mon chemin... Hier soir, elle m'a rendu un grand service dont je ne ferai pas mention ici. Mais disons que grâce à elle, ma semaine a été incontestablement allégée... Elle m'a aidée à me débarrasser d'un lourd tracas, et ce matin, j'ai le sourire aux lèvres.

Je veux aussi souligner l'amitié d'Edith, qui doit avoir les oreilles rouges tellement je lui ai parlé au téléphone depuis quelques semaines. Charmante Edith, toujours à l'écoute, sans jugement. Mes conversations avec toi me font grand bien, et je m'excuse de ne pas autant écouté les hauts et les bas de ta nouvelle maternité, dans mon égoïsme de nouvelle maman monoparentale...

Et un petit merci spécial aux mamans blogueuses qui sont venues chez moi hier (certaines avec plus de difficulté que d'autres... héhé! c'est plus fort que moi, fallait que je le dise, mais ça reste dans l'anonymat!!!), pour un petit moment sympa en plein air... La Belle, KaroCréation, Maman3.0, Sahée, Mamantoutecroche, et quelques amies, dont Edith et Martine. Julie y était aussi, évidemment. C'était fort agréable et les enfants ont été des anges !

Enfin, bonne fin de semaine à tous! J'espère que vous avez la chance d'être bien entourés!
Lire la suite...

Comment savoir que c’est fini?

Publié par Julie le jeudi, août 05, 2010 14 bouteilles à la mer...
PapaZen attend patiemment dans l’auto pendant que je passe chercher deux ou trois trucs chez Anik. J’entre quelques secondes pour regarder l’empilement des boîtes dans la salle à manger. Je récupère un agenda des Éditions géniales comme cadeau de fin d’année pour l’enseignante de GrandeSoeur. On échange quelques potins expéditifs. Puis on ressort sur le balcon.

Anik, banalement – Où en êtes-vous pour Bébé4?

Julie, soupirant parce qu’embêtée – Je n’en sais rien. S’il était là, tu sais, je le prendrais. Mais je suis loin d’être certaine de vouloir vivre 8 mois de nausées et de hauts et bas hormonaux… Juste à y penser, j’ai envie de vomir dans tes marguerites.

Anik, compatissante et faisant un signe de la main à PapaZen dan la voiture – Et ton chum, il en pense quoi?

PapaZen, sortant sa tête de la voiture – Qu’est-ce que je pense de quoi?

Anik, résumant rapidement la situation – Je lui demandais où vous en étiez pour votre réflexion Bébé4?

PapaZen, naturellement zen – Les filles, je n’y comprends rien…

Anik et Julie, perplexes - …

PapaZen, naturellement masculin – Je ne sais pas comment vous pouvez arriver à des discussions aussi sérieuses en moins de 5 minutes.

Julie, avec répartie – Ça, je le sais. Tu peux passer plusieurs heures en tête-à-tête avec un ami devant une bière ou un match de hockey. Tu peux jaser météo, pédagogie ou de Halak et compagnie…

Anik, complétant – Et tu oublies de lui demander si sa blonde a des contractions, si l’entrée à la maternelle de son fils se passe bien ou si la petite dernière – quel est son nom déjà? - fait ses nuits?

PapaZen, peu offensé – Je me dis que c’est ce qui fait mon charme.

Anik, ne démordant pas – Tu n’as pas vraiment répondu à la question…

PapaZen, éternellement relax – Bien, on en a déjà discuté plusieurs fois. Mais puisque les discussions sont moins nombreuses, je crois qu’on est en train de se faire à l’idée que Frérot sera notre petit dernier… Toi, ma blonde, tu en penses quoi?

Julie, toujours aussi surprise de voir que PapaZen répond aux questions franchement quand c’est quelqu’un d’autre qui le lui les pose – Je retourne tout ça dans ma tête chaque jour… parfois j’ai envie. D’autres non.

PapaZen, probablement tout aussi surpris de me voir exposer mes pensées silencieuses au grand jour – Quoi? Tu penses à ça tous les jours?

Julie – Mais oui! Tu serais surpris de savoir tout ce qui me traverse l’esprit chaque jour. Si je pouvais te refiler quelques centaines de pensées, je serais tellement soulagée!

PapaZen – Et moi probablement tellement fatigué!

===

C’était la même chose pour Bébé3. Ce questionnement m’a hantée pendant des mois (mais PapaZen n'en a pas souvenir). Pour Bébé1, c’était clair. Pour Bébé2, ça allait de soi. Mais pour Bébé3, j’ai toujours dit que ça avait été notre plus grande décision et qu’heureusement nous ne l’avons jamais regrettée. J’ai vécu ma 3e grossesse comme étant la dernière. Physiquement, elle a été la plus épuisante. Mentalement, elle a été la plus éprouvante. Frérot est né d’un AVAC. Malgré tout le stress, ça a été le plus simple et le plus facile de mes trois accouchements. J’en garde un souvenir très précieux.

Il reste une place libre autour de la table. Il reste une place dans notre voiture. Et il reste beaucoup de place dans mon cœur. Ça me fascine de voir chacun de mes enfants devenir de vraies personnes. Des petites personnes qui existent parce que je les ai portées et parce que nous leur avons apporté des soins. Il y a une part de moi qui me dit que c’est impossible que ce soit fini. Que c’est impossible que la place reste vide.

En même temps, je pourrais vous énumérer toutes les raisons pour que nous en restions là. Et elles seraient toutes bonnes.

Comment avez-vous su clairement que votre famille ne s’agrandirait plus?

Crédits photo: ©Julie et GrandeSoeur
Lire la suite...

La mère est houleuse...

Publié par Anik le mercredi, août 04, 2010 1 bouteilles à la mer...
Dimanche matin, 8h00. Les filles étaient de retour à la maison. Pour 13 jours. Treize jours sans garderie, puisque mes filles sont en milieu familial et que la garderie est fermée. 13 jours en monoparentale... Et pour la travailleuse autonome que je suis, ces deux semaines sont difficiles. Pas de travail, pas de salaire. Bon, je peux bien tenter de travailler avec les enfants, mais j'avoue que je trouve cela difficile. Et je n'ai rien accumulé comme salaire estival de prof, puisque j'ai à peine travaillé depuis avril. Mais Dieu que je me dis que l'été prochain sera agréable juste à cause de mon retour à l'enseignement et du salaire différé que j'aurai grâce à cela...

Enfin, je me suis permis deux semaines de relaxation, les deux semaines précédentes. En effet, ces deux dernières semaines, à part mon cours au cégep, je n'ai rien foutu. J'en avais besoin, Mais là, je vis un sentiment de culpabilité. Je n'ai pas avancé dans mes tâches à la maison. Je n'ai pas travaillé. J'aimerais me mettre à l'ouvrage maintenant, mais j'ai les filles pour deux semaines, alors ça gruge mon énergie habituellement disponible pour le travail. Résultat : je ne ferai rien de très productif pour 1 mois au total ? La productive en moi hurle à la mort...

Mais je l'avoue, je manque d'énergie (peut-être à cause de mes 6 derniers mois de changements intenses). J'aurais envie de faire des siestes d'après-midi et de me laisser aller. Mais je ne peux pas, je ne peux me fier sur personne sauf sur moi... Suis-je prête à subir les conséquences de ma paresse ? Je ne suis pas certaine... Ah, mais où est-il l'équilibre entre paresse et travail ? Entre temps familial et temps pour soi, quand on a les enfants 24 heures sur 24 ?

Arghhhh!!!! Re-arghhh!!! Au secours !
Lire la suite...

Compte à rebours...

Publié par Anik le mardi, août 03, 2010 5 bouteilles à la mer...
J'ai commencé mon compte à rebours. En fait, je ne l'ai pas concrètement commencé, mais je le sens à l'intérieur de moi se pointer sans avoir été invité... Ce foutu compte à rebours... NON!!! NON!!! Ça y est, il faut que je compte. Il faut que je me rende à l'évidence!

21... 21... 21 dodos avant l'inévitable.
21 dodos avant la perte de ma liberté.
21 dodos avant la perte de ma saine paresse.
21 dodos avant... mon retour en classe !!! (les pédagogiques, je suis prof... vous, chers parents, disposez d'une superbe semaine sans camp de jour ni service de garde pour vous amuser bien comme il faut durant cette semaine... Fantastique!)

Et avec le retour en classe :
- La merveilleuse course aux effets scolaires (je suis ironique ici)... Je vais tout de même trouver une solution pour la rendre plus agréable, regardez-moi bien aller ! Je vous reviens là-dessus...
- Le retour des foutus lunchs à faire chaque jour
- Le retour de la «course» matinale qui va frapper fort cette année, puisque je commence à 7h40 et que j'ai deux services de garde à visiter, à dix minutes de route l'un l'autre, qui ouvrent à 7h00 (mais bon, je mets ça pire que c'est, c'est le vendredi seulement que j'ai cet horaire... Lundi, mardi, je commence à 8h10). En fait, je n'ai jamais couru le matin, mais je crains de devoir commencer... Ou d'avoir à me lever avec les filles à 5h45 ou 6h00, mettons, pour partir à 6h45...

Mais le retour en classe, c'est aussi :
- Le retour des téléromans (yeah!)
- Le retour de mon badminton (yeah!)
- Le retour de So you think you can dance Canada (yeah!)

Alors, ce n'est pas si mal, peut-être... De toute manière, je ne peux que décider de l'apprécier, ce retour à l'école. Qui sait, j'aurais peut-être des super collègues, des super élèves et une super ambiance de travail !

Et vous, avez-vous commencé votre compte à rebours ? Qu'est-ce qui vous dérange le plus dans le retour en classe qui approche ? Des idées pour le rendre plus simple ?
Lire la suite...
 

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2010 Designed by Ipietoon Blogger Template Sponsored by Online Shop Vector by Artshare

Le ciel est bleu, la mère est calme... Copyright © 2009 Girlymagz is Designed by Bie Girl Vector by Ipietoon | Distributed by Blogger Templates